Vous êtes ici : Accueil > La revue > Numéro 7 > Langues en contact > Les particularités d...

Les particularités de la traduction des unités (ou locutions) phraséologiques

frPublié en ligne le 31 mars 2019

Par Svetlana Barushkova

Résumé

L'article traite de la difficulté de la traduction des unités phraséologiques. On sait bien que la phraséologie est le trésor de toute langue. La traduction des unités phraséologiques représente des difficultés considérables. Cela s'explique par le fait que beaucoup d'entre eux sont des locutions émotionnelles appartenant à un certain style de parole et souvent de nature nationale. Les unités phraséologiques reflètent l'histoire du peuple, l'originalité de sa culture et   de sa vie quotidienne. Lors de la traduction des unités phraséologiques, il convient également de tenir compte des particularités du contexte dans lequel elles sont utilisées. De nombreuses locutions phraséologiques sont caractérisées par une ambiguïté et une diversité stylistique, ce qui complique leur traduction dans d'autres langues. C'est pourquoi la question de la traduction des unités phraséologiques est particulièrement importante dans la science de la traduction.

Abstract

В статье рассматривается сложность перевода фразеологических единиц. Хорошо известно, что фразеология - сокровище любого языка. Перевод фразеологических единиц представляет собой значительные трудности. Это связано с тем, что многие из них являются эмоционально-окрашенными единицами языка, принадлежащими к определенному стилю речи и носящими национальный характер. Фразеологические единицы отражают историю народа, самобытность его культуры и быта. При переводе фразеологических единиц, следует также учитывать особенности контекста, в котором они используются. Многие фразеологические фразы характеризуются неоднозначностью и стилистическим разнообразием, что затрудняет их перевод на другие языки. Поэтому вопрос перевода фразеологических единиц особенно актуален в переводческой науке.

Introduction

«Фразеологизмы составляют народную физиономию языка, его оригинальные средства и его… богатство»В.Г.Белинский1

1Ainsi, sous une forme concise et précise, le célèbre critique russe a décrit le phénomène qui fait l'objet de notre étude. Il est impossible de ne pas accepter son idée que les unités phraséologiques de toute langue sont des expressions stables qui servent d'outils de langue et de discours qui se distinguent par leur originalité unique.

2La phraséologie peut être comparée à un miroir qui reflète non seulement l'identité, la caractéristique de la langue, mais le développement historique du peuple, son patrimoine culturel. Lors de la traduction des unités phraséologiques, le traducteur doit non seulement saisir et transmettre le sens de l'expression, mais conserver son caractère national et culturel.

3Du point de vue de la traduction, les unités phraséologiques sont généralement divisées en deux groupes: des UP, qui ont des équivalents dans la langue-traducteur, et des UP non équivalent. Sur la base des similitudes et des différences aux niveaux lexical, grammatical, sémantique et stylistique, les linguistes distinguent plusieurs types d'équivalents: équivalents complets (A. Кunin1 les appelle "monoéquivalents"), équivalents sélectifs («correspondances variables» par la terminologie de V. Gak2), équivalents partiels, calques.

4Considérons plus en détail chaque type d'équivalent.

1. Les équivalents complets

5Dans un premiers temps nous analyserons en détail les équivalents complets. L'utilisation des équivalents complets permet de conserver l'ensemble des valeurs de l'unité convertible. Dans ce cas, dans la langue-traducteur il y a une phraséologie, coïncidant d’après tous les paramètres avec l'unité phraséologique de la langue-originale: par signification, par composition lexicale, imagerie, orientation stylistique et structure grammaticale. Citons les exemples: tirer les marrons du feu – таскать каштаны из огня (porter des châtaignes du feu) = effectuer un travail très difficile, dont les résultats sont utilisés par un autre; être entre l'enclume et le marteau - быть между молотом и наковальней (être entre le marteau et l'enclume) = être dans une position où le danger ou la difficulté menace de deux côtés; prendre le taureau par les cornes – взять быка за рога (prendre le taureau par les cornes) = commencer à agir de manière décisive dès le début. L'utilisation de ces correspondances permet la reproduction la plus complète de la phraséologie étrangère.

6Toutefois, il convient de tenir compte de deux circonstances qui limitent la possibilité d'appliquer ce type de conformité.

7Tout d'abord, les équivalents phraséologiques sont relativement peu nombreux. Il s’agit des unités qui, d'après leur sens et la forme intérieure, peuvent être rapportées à la phraséologie internationale. L’apparition des UP internationales dans toute langue s’explique par la communauté de la pensée humaine, le patrimoine culturel commun ainsi que par l'interférence des langues et des civilisations en contact. On peut dire que les phraséologismes dits internationaux fonctionnent dans plusieurs langues sous forme de correspondances. Ce fait permet de les remplacer facilement dans le contexte de traduction.

8L'étymologie de ces unités phraséologiques nous permet de les combiner en deux groupes: 1) les unités phraséologiques internationales basées sur des légendes mythologiques, des légendes bibliques, des faits tirés de l'histoire et de la littérature, des emprunts de langues latines ou grecques;

9Par exemple:

10- le nœud gordien – гордиев узел = une tâche difficile à résoudre, une affaire confuse;

11- franchir le Rubicon – перейти Рубикон = faire un acte décisif, ayant une importance tournante dans la vie;

122) les parallèles phraséologiques qui se sont produites dans différentes langues indépendamment les unes des autres sous l'influence de causes extralinguistiques. Il s’agit des traits communs de l'existence humaine, ou les réalités extralinguistiques qui couvrent presque tous les domaines de la vie matérielle et spirituelle des gens, déterminent la coïncidence de l'imagerie, la similitude de son orientation;

13Par exemple:

14- jour et nuit – день и ночь = sur la durée, la continuité d'un processus;

15- serrer la queue – поджать хвост = avoir peur;

16La deuxième raison, qui ne permet pas d'utiliser des équivalents complets dans la traduction, est l'existence dans les langues analysées des homonymes phraséologiques inter-linguistiques. Dans ce cas, nous parlons d'unités phraséologiques qui sont similaires dans la forme, mais sont différentes dans leur signification.

17Comparons: l’expression russe держать нос по ветру (porter le nez au vent) signifie changer d'avis, s'adapter aux circonstances et l’expression française porter le nez au vent – prendre des airs;

18заморить червячка (tuer le ver) – grignoter, légèrement étancher la faim et tuer le ver – boire à jeun un verre d'alcool;

19свалиться с луны (tomber de la lune) – ne pas comprendre ou ne pas savoir ce qui est évident, ce qui est compréhensible, tout le monde le sait) et tomber de la lune – être très surpris, étonné.

20L'apparition de telles unités phraséologiques formelles peut être associée à la fois aux caractéristiques de la pensée associative et à la divergence symbolique et à différentes réflexions.

21Citons encore quelques exemples. L'expression phraséologique russe белая ночь (la nuit blanche) est associée à un éclairage naturel élevé, c'est-à-dire que la nuit n’est pas noire, la nuit ne se compose que de crépuscule, la nuit reste claire. En français, cette expression la nuit blanche désigne la nuit sans sommeil. Une autre expression russe гнуть спину (courber l'échine) signifie travailler jusqu'à l’épuisement, s'épuisant par un travail acharné, et en français, courber l'échine signifie s'humilier, se soumettre.

2. Les équivalents sélectifs

22Ce groupe d'unités phraséologiques est appelé équivalents sélectifs, ce terme a été proposé par le linguiste A. Kunin3. Parallèlement à ce terme, on utilise également les « correspondances variantes » introduites par V. Gak4. Ce groupe d'équivalents implique la présence dans la langue du traducteur de deux ou plusieurs équivalents de l'unité phraséologique correspondante, à partir de laquelle le meilleur ou le meilleur est choisi pour la traduction, si les deux variantes de la traduction sont équivalentes. L'utilisation d'équivalents sélectifs permet au traducteur non seulement de choisir la meilleure option, mais aussi d'apporter une variété à la traduction de la même phraséologie, utilisée à plusieurs reprises par l'auteur dans le même travail. Le bon choix de l'équivalent donne la possibilité de refléter la diversité stylistique des unités phraséologiques. Dans ce cas, il s'agit de la synonymie des unités phraséologiques. Ainsi, l'unité phraséologiqueil a la main sûr peut être traduite en russe avec deux options: у него твердая рука (il a une main ferme), у него рука не дрогнет (sa main ne tremblera pas). L’unité phraséologique porter de l’eau à la merpeut également avoir deux options : дрова в лес возить (transporter le bois de chauffage dans la forêt) et воду в колодец лить (verser de l'eau dans le puits).

3. Les équivalents partiels

23Ce type de correspondance ne signifie pas d'infériorité dans la transmission de la valeur, mais seulement contient des divergences lexicales, grammaticales, lexicales et grammaticales ou diffère d'une image interne.

24Sur la base de cette définition, nous pouvons distinguer les types d'équivalents partiels suivants: a) équivalents lexicaux partiels, b) équivalents grammaticaux partiels, c) équivalents lexico-grammaticaux partiels, d) équivalents lexicaux partiels avec différentes images internes et e) équivalents stylistiques partiels.

25Avant de passer à l'analyse des équivalents partiels en russe et en français, il est nécessaire d'étudier les raisons des divergences linguistiques des unités phraséologiques en russe et en français.

26Les divergences lexicales, à notre avis, peuvent être expliquées d’abord par une tradition différente de l'utilisation des mots comme composants des unités phraséologiques:

27Par exemple: пальцем не шевельнуть (ne bouger plus d’un doigt) – ne bouger plus d’un pouce.

28Les différences dans le volume sémantique des unités lexicales conduisent également à l'utilisation d'équivalents lexicaux partiels lors de la traduction.

29Par exemple: вставлять палки в колеса (insérer des bâtons dans les roués) - mettre des bâtons dans les roues (le verbe «mettre» a une signification plus large).

30L'utilisation d'équivalents partiels est également expliquée par la différence entre les relations synonymes:

31Par exemple:  биться головой (или лбом) об стенку (battre de la tête (du front) contre les murs) battre (donner / heurter) de la tête contre les murs.

32L'une des causes les plus courantes des différences grammaticales (ou structurelles) est la différence dans les méthodes de transmission des relations syntaxiques et le rôle différent des différents moyens de liaison syntaxique dans les langues synthétiques et analytiques. Les équivalents grammaticaux partiels sont des unités phraséologiques russes qui correspondent au sens, à l'orientation stylistique et à l'imagerie, mais qui diffèrent dans certains paramètres grammaticaux.

33Par exemple: скрестить шпаги (pl.) croiser le fer (sing.), проглотить язык avaler sa langue (présence d'un adjectif pronominal sa свой), потирать руки se frotter les mains (se frotter verbe pronominal), не верить своим ушам ne pas en croire ses oreilles (le pronom en), золотая свадьба (l’emploi de l’adjectif) – la noce d’or (définition prépositionnelle).

34A notre avis, des équivalents partiels avec différentes images internes occupent une place particulière parce que les différentes images intérieures ont tendance à avoir une couleur culturelle nationale, ce qui reflète certainement les caractéristiques nationales de la pensée associative.

35L’unité phraséologique « être gourmand comme un chat » - russe быть сластеной est difficile pour la traduction en russe car il n'y a pas d'animal – «  amateur de sucré ». En français, en raison de la spécificité nationale, de nombreuses connotations gastronomiques sont transférées aux animaux. Pour la transmission de l'image lors de la traduction, la traduction comparative est omise et la modulation est utilisée-au lieu du nom d'un animal particulier, seule sa caractéristique de cette situation hors langue est soulignée. Bien qu'il y ait un animal en russe, dont l'image comprend l'idée de l'amour pour le doux - c'est un ours, mais l'utiliser dans une locution figée serait beaucoup plus grossier qu’en français. Si vous comparez les images d'un petit chat et d'un énorme ours, alors il est beaucoup plus naturel d'appeler un chat doux, c'est pourquoi ils ont recours à la démetaforisation de l’unité phraséologique.

36Pour comprendre le sens de l’exemple suivant « épée de chevet » il faut s’adresser à l’étymologie. Cette expression remonte aux temps où l'on laissait l'épée près du chevet pour se préserver contre tout danger. Mais son sens a évolué depuis pour s'associer aujourd'hui tantôt avec un objet habituel, tantôt avec un thème préféré, tantôt avec le support principal.

37Les différences stylistiques dans les phraséologismes des langues comparées peuvent être déterminées par la présence dans leur composition de mots-composants qui sont utilisés librement dans différents domaines de la parole.

38Par exemple, foutre par-dessus le bord (foutre-grossier) et выбросить за борт (jeter par-dessus le bord). La «rétrogradation» stylistique de cette phraséologie française s'explique par la présence dans sa composition du verbe foutre, alors que le verbe russe бросать (jeter) se réfère au style neutre.

4. Les calques

39En fait la fonction expressive d'un phraséologisme est déterminée, pour beaucoup, non seulement par le contexte linguistique étroit, mais aussi par tout le contexte d'une oeuvre littéraire et sa mission communicative. Si cette dernière vise à présenter la psychologie nationale, à créer une couleur locale, à opposer différents caractères nationaux, les correspondances ci-dessus ne pourront pas aider le traducteur, car elles ont une autre appartenance nationale. C'est pourquoi on est souvent obligé de calquer le phraséologisme initial afin de conserver son image originale. Dans son « Traité de stylistique française 5», Ch. Bally a déterminé les calques comme des mots et des locutions formés automatiquement, par traduction mécanique, sur le modèle d'autres expressions tirées d'une langue étrangère C'est le cas de l'anglicisme « to give the green light » qui est passé en français et en russe (cf. donner le feu vert - russe дать зеленый свет).

40Beaucoup de locutions phraséologiques de ce groupe contiennent un lexique non équivalent, portent des informations culturelles de nature nationale. Pour transmettre l'identité nationale de la phraséologie française, parfois une traduction littérale est utilisée.

41Les calques sont largement utilisés dans la pratique de la traduction: premièrement, ils permettent de conserver la forme de l'original. Deuxièmement, ils permettent de surmonter les difficultés qui se posent lorsque l'image originale est utilisée pour créer une métaphore développée. Une telle traduction est généralement accompagnée d'une variante-un synonyme phraséologique russe.

42Par exemple: mettre tous les oeufs dans le même panier ((traduction littérale положить все яйца в одну корзину) - la traduction descriptive : d'investir tout son argent dans une affaire; remplace l'image de mettre tout sur une carte))6.

43Parfois, la traduction littérale des unités phraséologiques, qui contiennent un lexique national, est comprise par le locuteur natif et permet d'éviter la russification inutile.

44Par exemple: aller à Montélimar avec son nougat (traduction littérale: ехать в Монтелимар со своей нугой) au sens et à la couleur stylistique coïncide avec la locution russe « aller à Toula avec son samovar », la correspondance russe ne peut pas être utilisée en traduction.

45Lorsque l'unité phraséologique n'a pas de correspondance phraséologique russe, ou d'équivalent et ne peut pas être traduit verbalement, il est nécessaire d'utiliser une traduction descriptive. La traduction descriptive (périphrastique) trouve son application dans les cas où les phraséologismes d'origine, surtout du type proverbial, se distinguent par une image spécifique et une couleur nationale très vive, étant basés sur l'usage de faits de culture et de littérature, de noms de personnages historiques ou littéraires, de citations cachées, etc., bref, sur l'usage de ce qui forme le fond socioculturel d'une communauté. Puisque divers éléments de ce fond sont méconnus du lecteur étranger, il faut souvent lui expliquer leur sens en recourant aux périphrases.

46Cela vaut pour les unités phraséologiques qui ont dans leur composition l'un des composants exprimés par le nom propre ou dénotant une réalité. Malheureusement, l'équivalent explicatif est toujours accompagné d'une perte d'image. Très souvent, la traduction descriptive est accompagnée d'une explication étymologique.

47Par exemple: la traduction descriptive de la locution phraséologique russe « семь пятниц на неделе » (sur qui change souvent leurs décisions, opinions) –demande de l'analyse étymologique. La phraséologie est utilisée depuis le XVIIIe siècle. Le vendredi, qui était libre de travail, c’était le jour du marché, toutes sortes de transactions (principalement commerciales) ont été organisées, ils étaient généralement en présence de témoins recrutés pour une certaine rémunération « Si vous deviez résilier le contrat, enregistrer son exécution, etc., cela a été fait à nouveau vendredi en présence des mêmes témoins. Les témoins, désireux de bénéficier, précipitaient souvent les événements sans attendre vendredi ».

48Un autre exemple: далеко кулику до Петрова дня (il est trop loin au courlis à la journée de Piѐre) - la signification de cette locution n'est pas facile à comprendre sans explication étymologique. Il n'y a pas de comparaison dans ce proverbe: il est impossible de comparer le courlis et la journée de Piѐre. La signification de ce proverbe est « clarifiée » après l'étymologie. Depuis le début du printemps et jusqu'au 29 juin (la journée de Piѐre), la vie du courlis est remplie de soins spéciaux (soins de sa femelle, poussins voraces, etc.). Seulement le 29 juin, quand les poussins grandissent, les travaux du courlis se terminent, on peut se reposer. Cette explication devrait naturellement conduire à une interprétation différente de la signification « il est encore tôt pour se calmer, bien avant qu'il ne soit possible de se reposer ».

49La thèse ci-dessus peut être également soutenue par un cas de traduction du fameux aphorisme de Krylov Кот Васька слушает да ест (Le chat Vaska écoute et mange) qui exprime l'idée d'indifférence totale à l'égard de l'entourage. Le traducteur l'a restituée en français par voie descriptive afin de rendre clair son sens conceptuel : cf. Comme le chat de la fable, ils écoutent et n'en font qu'à leur tête.

50Il est intéressant de signaler que le traducteur a incorporé dans le texte traduit l'unité phraséologique française « n'en faire qu'à sa tête » (c.-à-d. agir selon son idée, sa fantaisie, selon l'humeur du moment). Ceci montre que la traduction descriptive peut se combiner avec l'usage des unités phraséologiques de la langue d'arrivée, si elles satisfont aux besoins de la restitution du sens original.

51Les unités phraséologiques non équivalentes ont généralement une spécificité culturelle nationale prononcée. Ici, le rôle de l'explication dans la traduction descriptive augmente encore. Si, lors de la traduction, vous voulez garder la coloration originale nationale de la phraséologie russe, vous pouvez recourir à la traduction littérale (calquer), entrer dans le texte de la traduction des instructions telles que, par exemple, « comme les russes disent", « comme le dit le proverbe russe », « comme il est d'usage de parler en Russie » etc.

5. Conclusion

521. La meilleure variante de la traduction est la recherche d'un équivalent phraséologique complet, mais la présence d'équivalents phraséologiques est extrêmement limitée dans les deux langues.

532. La deuxième place lors de la traduction de l’unité phraséologique, nous retirons les équivalents phraséologiques partiels, à condition que la couleur stylistique et émotionnelle coïncide.

543. En l'absence d'équivalents, la traduction littérale est autorisée, si la forme interne est perçue par le locuteur natif du traducteur.

554. Si les méthodes ci-dessus ne conviennent pas pour la traduction de la locution phraséologique originale, alors utilisez une traduction descriptive ou les soi-disant équivalents de phraséologie à un seul mot.

56Cet aperçu sommaire des principes et des procédés de traduction qui s'appliquent aux phénomènes phraséologiques, permet de conclure qu'on est toujours capable de rendre d'une façon ou d'une autre n'importe quelle unité stable ou locution figée, même si cette dernière ne trouve pas de correspondances directes dans la langue cible. 

Bibliographie

Bally, Charles. « Traité de stylistique française », Paris, Klincksieck, 1951 , 392 p.

Benveniste, Emille. «  Le jeu comme structure »  // Deucalion Cahiers de philosophie, №2.-Paris, Honoré Champion, 1947, p. 161-167.

Galisson, Robert. « La culture partagée : une monnaie d’échange interculturelle »,  Paris : Didier Erudition, 1988,  p. 113-117.

Moliné, Georges. « Éléments de stylistique française », Paris, Presses Universitaires de France, 2011, 219 p.

Rey, Alain. « Dictionnaire des Expressions et Locutions (DEL) » / А. Rey, S. Chantreau. – Paris: Le Robert, 2007, 1120 p.

Rey, Alain. et Chantreau, Sophie. « Dictionnaire des expressions et locutions », 2e éd., Paris, Robert, 1994, 888 p.

Saussure, Ferdinand. de. «  Cours de linguistique générale ». Paris, Edition critique, ed. & comm. Tullio de Mauro , 1997, 319 p.

Ахманова О.С.,  « Словарь лингвистических терминов русского языка » [ Akhmanova, Olga  « Dictionnaire des termes linguistiques russes » ], М: УРСС, 2004, 576 с. [ Moscou Editions URSS, 2004, 576 p. ]

Барушкова С.Б., « Фразеосемантическое поле « Трудовая деятельность человека » как фразеологический класс фразеологической системы » (на материале французского языка) – (монография). [Barushkova, Svetlana « Le champ phraséosémantique «  Le travail » comme classe phraséologique du système phraséologique  » sur le matériel de la langue française –  (monographie) ]. - Ярославль : Изд-во ЯГПУ, 2009,  160  c. [Edition  Yaroslavl,  2009,  160 p. ].

Белинский В.Г. Взгляд на русскую литературу / В.Г. Белинский. [«Coup d’oeil sur la littérature russe/ V. Belinsky »]  - М.: Современник, 1997. – 460 с. [Moscou, Edition Sovremenik, 1997, 460 p.]

Французско-русский фразеологический словарь (ФРФС) / под ред. Я. И. Рецкера. [ « Dictionnaire phraséologique français-russe (FRF)/ Ya.Rezker »] – М.: Гос. изд-во иностр. и национ. словарей, 1963, 1111 c. [Moscou, Edition des dictionnaires étrangers et nationaux, 1963, 160 p.]

Notes

1  « Les unités phraséologiques sont le visage de la langue du peuple, ce sont les moyens originaux de la langue et sa ... richesse »  V. Belinsky - Белинский В.Г. Взгляд на русскую литературу / В.Г. Белинский. [« Coup d’oeil sur la littérature russe/ V. Belinsky »]  - М.: Современник, 1997. - 460с. [Moscou, Edition Sovremenik, 1997, 460 p. ]

2  Гак, В. Г. Теория и практика перевода / В. Г. Гак. [Gak, Vladimir «Théorie et pratique de la traduction» / V. Gak] – М.: Интердиалект+, 1997 – 366 c. [ Moscou, Interdialekt +, 1997, 366 p. ]

3  Кунин А.В. О переводе английских фразеологизмов в англо-русском фразеологическом словаре / А.В. Кунин . – [Sur la traduction des unités phraséologiques anglaises dans le dictionnaire phraséologique anglo-russe / А. Kunin] – М.: Мост, 2001. – 320 с. [ Moscou, Most , 2001, 320 p. ]

4  Гак, В. Г. Теория и практика перевода / В. Г. Гак. [ Gak, Vladimir «Théorie et pratique de la traduction» / V. Gak] – М.: Интердиалект+, 1997 – 366 c. [ Moscou, Interdialekt +, 1997, 366 p. ]

5  Bally, Charles. « Traité de stylistique française », Paris, Klincksieck, 1951, 392 p.

6  Rey, Alain. « Dictionnaire des Expressions et Locutions (DEL) » / А. Rey, S. Chantreau. – Paris: Le Robert, 2007, 1120 p.

Pour citer cet article

Svetlana Barushkova (2019). "Les particularités de la traduction des unités (ou locutions) phraséologiques". Revue du Centre Européen d'Etudes Slaves - Langues en contact | Numéro 7 | La revue.

[En ligne] Publié en ligne le 31 mars 2019.

URL : http://etudesslaves.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1397

Consulté le 12/12/2019.

A propos des auteurs

Svetlana Barushkova

Svetlana Barushkova est maître de conférences à l’Université pédagogique d’Etat de Iaroslavl Ouchinsky (Russie). Sa thèse de doctorat intitulée le « Le champ phraséo-sémantique « Le travail » en franҫais» est consacrée aux études des problѐmes de la phraséologie et à sa structure dans la langue franҫaise. Elle enseigne la traduction/interprétation en français-russe. Ses domaines de recherche: la phraséologie, l’influence du latin sur les langues contemporaines. Elle est l'auteur de plusieurs travaux publiés dans les revues russes. Les publications récentes : « Принцип междисциплинарности в формировании лингвистической    автономности студента на основе взаимодействия учебных дисциплин (французский-латинский языки) » [« Le principe interdisciplinaire dans la formation de l'autonomie linguistique de l'étudiant à la base de l'interaction des disciplines pédagogiques (français-latin)»] in Проблемы современной науки и образования, № 10 (130), - 2018.- p. 28-31. ; « Поэзия Древнего Рима. Особенности ее перевода на русский язык »[« La Poésie de la Rome Antique, les particularités de sa traduction en russe »] in Язык и общество: Диалог культур и традиций: сборник материалов международной научной конференции «Чтения Ушинского. – Вып. 16 – Ярославль : РИО ЯГПУ, 2018.- С41-46. [Langue et société : Dialogue des cultures et des traditions. Recueil d’articles de la conférence scientifique internationale « Lectures Ouchinsky ». Edition 16, Iaroslavl, 2018.  p. 41-46]. ; « Упражнения по формированию лингвистических компетенций на занятиях латинского языка » [« Exercices pour la formation de compétences linguistiques dans les cours de langue latine »], in Ярославский педагогический вестник, № 3. - Ярославль : Изд-во ЯГПУ, 2017. –  с. 121-125. [Revue pédagogique de Yaroslavl, № 3, Edition Yaroslavl, 2017, p. 121-125]. Les guides d’étude : « Методические рекомендации по грамматическому анализу и переводу латинского предложения. Сводные таблицы по грамматике латинского языка » [« Recommandations méthodologiques sur l'analyse grammaticale et la traduction de la phrase latine. tableaux récapitulatifs de la grammaire latine»]- Ярославль: РИО ЯГПУ, 2018.- 19 с. [Edition Yaroslavl,2018, 19. p.] ; «Учебное пособие Семантические параметры и структура фразеосемантического поля «Трудовая деятельность человека» (на материале современного французского языка)».[« Paramètres sémantiques et la structure du champ phraséosémantique "Le travail" (sur le matériel de la langue française)»]- Ярославль: РИО ЯГПУ, 2018.- 143 с. [Edition Yaroslavl, 2018, 143. p.].  


Image numéro 7

Numéro 7 - Le français à la rencontre avec les autres langues : Approches linguistiques, littéraires et culturelles

Le septième numéro de la Revue du Centre Européen d’Études Slaves contient les contributions issues de deux journées d’étude qui ont lieu le 25 juin 2016 et le 23 juin 2018 à la MSHS de l’Université de Poitiers. Soutenues par l’AUF, UFR Lettres et Langues et le laboratoire MIMMOC EA 3812, elles furent consacrées à l'étude interdisciplinaire  des langues et des cultures en contact abordant de nouvelles questions sur les emprunts, les transferts ou bien les problèmes de traduction. Ces deux manifestations scientifiques ont rassemblé des enseignants chercheurs de différentes universités européennes et fut inaugurées par S. E. Monsieur Darko Tanaskovic l'Ambassadeur de Serbie à l’UNESCO.



Contacts

Revue du Centre Européen d'Etudes Slaves

Université de Poitiers
Maison des Sciences de l'Homme et de la Société
Bâtiment A5
5, rue Théodore Lefebvre
86000 Poitiers - France
susan.finding@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique : 2274-7397

Dernière mise à jour : 19 avril 2019

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)