Vous êtes ici : Accueil > La revue > Numéro 7 > Langues et Didactiqu... > La première approche...

La première approche de la littérature française des élèves serbes : le panorama des écrivains français dans les manuels de FLE publiés en Serbie

frPublié en ligne le 31 mars 2019

Par Vesna Simović

Résumé

Le premier contact constant des jeunes apprenants serbes avec la culture voire littérature française se réalise à travers le manuel de FLE. La présente communication se propose d’analyser la présence des écrivains français dans les manuels de FLE publiés en Serbie pour révéler l’image de la littérature française proposées aux jeunes adolescents, débutants en FLE. Cette image nous semble d’autant plus importante qu’elle influence la représentation sur la littérature française des apprenants et qu’elle peut perdurer jusqu’à l’âge adulte.

Abstract

Do prvog, i kasnije kontinuiranog kontakta srpskih učenika sa francuskom kulturom uopšte, a posebno njenom književnošću, dolazi najčešće preko udžbenika francuskog jezika. Naš rad bavi se analizom zastupljenosti francuskih pisaca u udžbenicima francuskog jezika objavljenim u Srbiji. Cilj pomenute analize bio bi utvrđivanje slike francuske književnosti koju o njoj stiču učenici ranog uzrasta koji počinju svoje učenje francuskog jezika. Ovaj prvi utisak učenika o francuskoj književnosti nam se čini veoma značajnim jer utiče na njihovu predstavu o ovoj oblasti koja može da traje do njihovog zrelog doba.

Introduction

1Le manuel, ainsi que l’enseignant d’ailleurs, représente un moyen importantqui permet non seulement un contact direct et continu entre l’apprenant et la culture cible mais aussi la découverte et la connaissance plus ou moins approfondie de cette culture dans le cadre de l’apprentissage institutionnel d’une langue étrangère. Son importance est encore plus grande au niveau de l’enseignement primaire, au début de l’apprentissage, parce que c’est surtout grâce au manuel que l’apprenant garde le contact avec la langue et la culture cible en dehors de la classe de langue. Les éléments de la culture étrangère présents dans le manuel ont une influence considérable sur l’image et les représentations que l’apprenant acquiert. Il en est de même pour le texte littéraire présenté dans le manuel. Donné sous différentes formes et ayant différentes fonctions, le texte littéraire ainsi que les auteurs choisis forment une représentation chez l’apprenant de ce que peut être la littérature étrangère. Cette représentation faite au tout début de l’apprentissage est d’autant plus importante qu’elle peut se maintenir jusqu’à l’âge adulte. Par ailleurs, elle peut influencer la motivation de l’apprenant et lui donner ou pas le goût de la lecture. Si l’apprenant garde un bon souvenir d’un texte, d’un écrivain ou d’un genre littéraire, il est probable qu’il ira plus loin dans ses recherches autonomes pour découvrir et lire tel genre littéraire ou tel auteur même si c’est dans sa langue maternelle dans un premier temps, avant qu’il n’acquière le niveau suffisant pour lire en langue étrangère.

2Avant de commencer leur apprentissage du français, les élèves serbes n’ont pas la possibilité de connaître systématiquement la culture voire la littérature française dans le cadre des autres cours dispensés à l’école. Comme nous nous sommes intéressée à la première approche de la littérature française pouvant influencer les représentations ultérieures des élèves serbes, nous avons choisi les manuels de FLE pour les jeunes adolescents (11-15 ans), débutants en FLE comme corpus de notre recherche.

3Cette communication se propose donc à révéler l’image de la littérature française proposée par les concepteurs des manuels de FLE publiés en Serbie. Nous avons répertorié et classifié les écrivains français présentés dans les manuels de FLE selon la période de la production littéraire et le statut qu’ils ont par rapport à l’institution littéraire. Les données sur la présence des écrivains français ainsi que celles sur les modalités de cette présence (documents littéraires1 et/ou textes littéraires), nous ont découvert l’image de la littérature française que les auteurs serbes des manuels de FLE offrent aux apprenants. En comparaison, nous montrons les résultats d’une analyse similaire faite à partir des manuels de FLE publiés en France et utilisé en Serbie dans le cadre de l’enseignement/apprentissage institutionnel du FLE.

1. Présentation du corpus

4Pour connaître l’image de la littérature française présentée dans les manuels de FLE des auteurs serbes, nous avons fait notre recherche sur deux séries de manuels actuellement utilisés aux écoles primaires en Serbie, Images de France et Le français pour nous2. Il s’agit des manuels récents, approuvés pour l’enseignement scolaire par le Ministère de l’éducation, des sciences et du développement technologique de la République de Serbie. Les manuels sont conçus et réalisés de manière à respecter les instructions ministérielles en vigueur pour l’enseignement des langues étrangères à l’école primaire concernant le nombre de cours (72 cours par an soit 2 cours de 45 min. par semaine),  la thématique abordée (la vie quotidienne, le logement, la nourriture, la famille, l’école, les voyages, les moyens de transport, les monuments et sites touristiques en France, la nature, l’environnement, les fêtes, le sport, les professions, les jeunes, les découvertes scientifiques et techniques, etc.), les fonctions communicatives (se présenter, présenter quelqu’un, identifier et nommer des objets/des personnes, donner des instructions simples, demander et donner de courtes informations, remercier, s’excuser, poser des questions, se situer dans l’espace, exprimer ses goûts, ses sentiments, exprimer son opinion, etc.) et les habiletés langagières à acquérir et à maîtriser.

5Les séries de manuels faites sur 4 niveaux se composent des éléments suivants : le livre de l’élève, le cahier d’exercices, le livre du professeur ainsi que le matériel audio sous forme de CD accompagnant le manuel. Ces manuels de FLE sont destinés aux jeunes adolescents de 11 à 15 ans, élèves de l’école primaire3. Le corpus sur lequel nous avons mené notre recherche est constitué de 16 volumes (8 manuels et 8 cahiers d’exercices). 

6Les manuels analysés proposent aux jeunes adolescents les différents types de supports.  Le plus souvent, il s'agit de textes fabriqués (les dialogues, les sketches) mais il y en a qui sont adaptés ou authentiques (les extraits de textes littéraires ou de presse, les BD, les chansons, les photos, les dessins, etc.). Ils offrent aux élèves des éléments linguistiques et culturels variés à étudier. Les savoirs civilisationnels s’entremêlent aux savoirs linguistiques et c’est à travers des textes, littéraires et informatifs, que les élèves découvrent non seulement la France, les Français et leur vie au quotidien, mais aussi prennent conscience de la littérature française.

7Le plus grand nombre des écrivains français présentés dans les manuels Images de France sont ceux du XXe siècle. Parmi les rares poètes, on trouve J. Prévert, P. Éluard, B. Cendrars, M. Noël. On lit de très courts extraits en prose des romanciers français contemporains É.-E. Schmitt, É. Orsenna, J. Rouaud, A. de Saint-Exupéry. Ce dernier est présent dans les manuels à plusieurs reprises, sous différentes formes (extraits, couverture du livre, photos de l’auteur, illustrations tirées du Petit prince). En ce qui concerne les auteurs du XIXe siècle, les élèves prennent connaissance de deux grands poètes de cette époque, P. Verlaine et A. Rimbaud, et lisent quelques vers de leurs poèmes les plus connus,  «La bonne chanson» et «Voyelles». Tout à fait inhabituel pour le niveau de langue et l’âge des élèves, les auteurs des manuels Images de France présentent deux écrivains d’époques lointaines: le poète de renaissance P. de Ronsard et sa poésie «Mignonne, allons voir si la rose…» et le poète courtois du moyen âge Ch. de Troyes et un paragraphe de son roman Érec et Énide.

8Contrairement aux manuels de FLE récents où les textes littéraires ont leur place dans une unité, accompagnés de différentes activités en fonction de la rubrique dans laquelle ils se trouvent et les objectifs visés (pages le plus souvent intitulées «Compréhension écrite», «Lecture», «Grammaire», «Civilisation/Culture», etc.), dans les manuels Images de France, les textes littéraires sont donnés toujours en annexe, à la fin du volume. Ils sont toujours accompagnés de reproductions des couvertures, démarche fréquente dans les manuels actuels. D’une part, cette façon de présenter les extraits choisis actualise les textes littéraires et les rend plus proche de la réalité aux yeux des élèves. Il ne s’agit plus d’un paragraphe ou d’une page de texte donné entre autres qu’on ne peut pas contextualiser, mais de l’extrait faisant partie d’un livre – objet réel publié et vendu en France, dans une maison d’édition renommée dont on voit la reproduction. Cela permet aussi de relier les textes littéraires présentés dans le manuel à la pratique quotidienne des natifs relative aux livres et à la lecture (choix ou achat des livres s’appuyant sur ce qu’on lit sur la couverture et la quatrième de couverture). D’autre part, reproduire la couverture à côté du texte choisi facilite la compréhension en donnant aux élèves le point de départ pour faire des hypothèses et construire le sens du texte lu. Malheureusement, les textes littéraires qu’on trouve dans les manuels Images de France ne sont pas suivis de consignes. Les guides pédagogiques ne donnent pas non plus de  propositions d’exploitation de ces documents authentiques riches en éléments culturels et linguistiques. Les auteurs des manuels laissent aux enseignants la décision de travailler ou pas ces textes en classe de langue ainsi que de choisir la démarche méthodologique appropriée pour l’exploitation de la littérature en cours de FLE4. Cette réticence de la part des auteurs des manuels peut représenter un obstacle insurmontable surtout pour des professeurs novices qui, faute d’expérience et de confiance en eux-mêmes, préféreraient de sauter ce type de texte.

9La série des manuels Le français pour nous est destiné aux élèves de même âge (11-15 ans) débutants en FLE en contexte scolaire. Une variété de documents-supports suivis de nombreuses activités est proposée à l’élève : dialogues fabriqués, documents authentiques (textes littéraires, photos, dessins, chansons, BD, etc.). Selon l’auteur du manuel, les textes littéraires représentent une source d’enrichissement du vocabulaire des élèves mais leur fonction principale est de faire connaître aux élèves la culture française, la partie importante et incontournable de l’enseignement/l’apprentissage du FLE5.

10Parmi les écrivains choisis, le plus nombreux sont ceux du XXe siècle : poètes P. Fort, P. Éluard, J. Prévert; romanciers P. Gripari, R. Queneau, R. Rolland, J.-P. Sartre, M. Tournier et A. de Saint-Exupéry, l'écrivain présenté le plus souvent dans ces manuels. Les élèves peuvent lire aussi les textes des auteurs français du XIXe siècle: V. Hugo poète, A. Dumas et J. Verne, auteurs représentatifs du roman d'aventures, genre apprécié par les jeunes adolescents. Les textes sont choisis en fonction de la thématique de l’unité dans laquelle ils sont insérés (famille, amitié, loisirs, école, etc.) et correspondent à l’âge des élèves, à leur niveau en français et à leurs intérêts. En ce qui concerne les époques antérieures, c’est J. de la Fontaine et ses fables que les élèves serbes connaissent bien vu qu’ils les lisent déjà pendant les premières années de leur scolarisation, dans le cadre de l’enseignement de la langue maternelle voire serbe.

11À la différence des manuels Images de France qui proposent aux élèves les textes littéraires en annexe, aux dernières pages des volumes, dans la série Le français pour nous les écrivains français et les textes littéraires sont présentés avec d’autres textes et documents, le plus souvent dans la rubrique «Texte à lire» ou à la dernière page du dossier. Contrairement aux auteurs d’Images de France qui ne se prononcent pas sur les modalités d’exploitation des textes littéraires, l’auteur des manuels Le français pour nous propose le plus souvent aux enseignants de faire lire aux élèves les textes en prose et de leur faire apprendre par cœur la poésie. De cette manière, certaines des fonctions principales du texte littéraire dans l’enseignement/apprentissage du FLE peuvent être accomplies : approprié à l’âge, aux intérêts et au niveau de langue des élèves, le texte littéraire contribue pleinement à l’acquisition de savoirs et savoir-faire linguistiques et socioculturels en classe de FLE, il relie le travail linguistique au plaisir de lire et à la créativité par le biais des activités de lecture et d’écriture, il découvre aux élèves la culture française, celle savante aussi bien que celle anthropologique abordant des faits de société et incitant les élèves à la prise de conscience interculturelle6.

2. Analyse des données

12Pour voir de près l’image de la littérature française proposée aux jeunes adolescents dans les manuels de FLE des auteurs serbes, nous avons établi comme critère de notre recherche la période de la production littéraire des écrivains et leur statut par rapport à l’institution littéraire.

13Notre enquête a montré que les écrivains du XXe siècle dominent: de 34 auteurs présents dans les manuels, il y en a 23 contemporains (67,6%). Presque tous appartiennent à la catégorie dite «patrimoniale»7. Il s’agit d’auteurs reconnus pour leur qualité d’écriture par les institutions littéraires (Académie française, Académie Goncourt, critique) et l’histoire littéraire. Par conséquent, ils sont reconnus par les institutions d’enseignement et ils se trouvent dans des instructions ministérielles et manuels scolaires. Ce sont des auteurs appartenant depuis longtemps à l’histoire de littérature française dont les œuvres sont au programme de lecture: A. de Saint-Exupéry, J. Prévert, P. Éluard, B. Cendrars, J.-P. Sartre, R. Queneau, etc.; des lauréats des prix les plus prestigieux (le prix de l’Académie française, le prix Goncourt): M. Noël, M. Tournier; des académiciens E. Orsenna, M. Pagnol, E. Ionesco, E.-E. Schmitt. En somme, il s’agit d’auteurs traduits dans le monde entier, dont l’œuvre est l’objet de recherches, d’études, de colloques ou de conférences scientifiques. On dirait que le choix des écrivains français dans les manuels des auteurs serbes a été motivé par le désir de présenter aux jeunes adolescents les plus grands noms de la littérature française dont les œuvres appartiennent au patrimoine européen et mondial. Les écrivains dits patrimoniaux représentent des valeurs sûres :

consacrés déjà par la postériorité et reconnus par l’institution, ce qui garantit leur pertinence apparente au sein d’un manuel. Orientée vers cette partie du champ de production littéraire, la sélection opérée semble plus légitime. À la fois texte et manifestation culturelle, le texte littéraire devient un représentant du patrimoine dont les deux facettes se conjuguent, notamment lorsqu’il est présent dans la rubrique ‘civilisation’8.  

14Avec un choix pareil, c’est surtout le caractère culturel de la littérature française qui apparait ici et montre son importance car les écrivains patrimoniaux participent à l’identification culturelle d’une société, dans ce cas-là, la société française9.

15Nous pouvons constater que parmi les écrivains contemporains présents dans les manuels de FLE pour les jeunes adolescents il n’y a pas d’auteurs de littérature d’enfance et de jeunesse proprement dits. Pourtant, les extraits proposés, choisis en fonction de la thématique de l’unité dont ils font partie, traitent des sujets proches des élèves, de leur âge et de leurs intérêts (école, enfance, amitié, amour, vacances, famille, fêtes, etc.).

16Nous n’avons pas repéré non plus les auteurs actuels dits « à succès », ceux qui reflètent l’actualité littéraire. Il s’agit des écrivains connus dont les ouvrages se vendent à gros tirages et qui s’adressent aussi aux jeunes tels que Ph. Delerm, A. Nothomb, A. Gavalda. Bien que reconnus par le public depuis des années, ils ne le sont pas toujours par l’institution littéraire et restent donc pour les auteurs des manuels un choix moins sûr et d’autant plus difficile que rien ne garantit la  pérennité de ses écrivains. Pourtant, l’avantage de leur présence dans le manuel réside dans le fait qu’ils témoignent de la production littéraire récente et placent le manuel dans une perspective d’actualité en lui enlevant l’aspect traditionnel.

17En ce qui concerne les auteurs du XIXe siècle, le choix est fait parmi les grands auteurs, romanciers et poètes: V. Hugo, P. Verlaine, A. Rimbaud. Ils y sont présents en tant que symboles d’un système culturel et représentent la tradition littéraire française. La présence des autres auteurs tels que J. Verne ou A. Dumas peut s’expliquer par leur appartenance à un genre particulier, le roman d’aventure, qui suscite toujours un vif intérêt parmi les jeunes. Il ne faut pas oublier non plus de nombreuses adaptations cinématographiques réalisées à partir de ces romans grâce auxquelles la notoriété de ces écrivains dépasse les frontières nationales. On en trouve les traces dans les manuels sous forme de reproductions d’affiches, de scènes des films, etc.

18Les auteurs plus anciens, ceux du XVIIIe ou des siècles précédents, sont présents en petit nombre. Le caractère littéraire et culturel de leurs textes est bien identifié car il s’agit des auteurs emblématiques d’un genre littéraire comme La Fontaine et les fables, par exemple. Dans ce cas-là, la différence importante entre l’époque de l’écrivain et le moment présent s’efface. La reconnaissance de l’écrivain français et l’approche du texte littéraire sont facilitées car les adolescents connaissent et lisent ses œuvres dans la langue maternelle dès leur jeune âge, ce qui n’est pas le cas avec les autres écrivains des siècles précédents, P. de Ronsard ou Ch. de Troyes.

3. Conclusion

19L’image de la littérature française que les auteurs serbes proposent aux élèves repose donc sur les écrivains contemporains, ceux du XXe siècle. Il s’agit de grands noms de la littérature française, de valeurs confirmées, exemples représentatifs d’une langue soignée, choisis en tant que symboles de la culture cible. Un petit nombre des écrivains des époques lointaines les accompagnent. Ils constituent ainsi une petite histoire de la littérature française couvrant la période du XIIe au XXe siècle. Elle est composée d’auteurs emblématiques de leur époque ou du genre littéraire dans lequel ils ont excellé. Les écrivains actuels qui témoigneraient de la production littéraire la plus récente sont presque inexistants dans les manuels de FLE, les auteurs ayant opté pour des valeurs sûres et la tradition littéraire française.

20En comparaison, l’image de la littérature française dans les manuels de FLE des concepteurs français destinés aux jeunes adolescents ne varie pas considérablement. Bien que le nombre des écrivains présentés soit beaucoup plus petit (11 écrivains au total dans 5 séries voire 30 volumes de manuels et de cahiers d’exercices)10, leur statut ne diffère pas de celui des auteurs cités dans les manuels des concepteurs serbes. On trouve toujours les écrivains patrimoniaux: A. de Saint-Exupéry, J. Prévert, V. Hugo, J. Verne, M. Proust. Les représentants des époques précédentes sont Molière et J. J. Rousseau, auteurs emblématiques du théâtre classique du XVIIe siècle et de la philosophie des Lumières. Peu importe le nombre des écrivains présentés, ils sont choisis donc parmi les auteurs reconnus institutionnellement ou bien ceux qui représentent un genre littéraire. On dirait que, pour les concepteurs, un choix pareil donne plus de légitimité aux manuels11.

21Il est clair que les auteurs présentés donnent une image de la littérature française plus ou moins traditionnelle ou plus ou moins moderne ce qui témoigne de l’opinion et des objectifs des concepteurs. Selon Riquois, s’orienter vers les auteurs patrimoniaux ou vers les écrivains actuels implique des conceptions différentes d’un document littéraire et des objectifs que l’on peut lui associer.

L’écrivain patrimonial offre l’avantage de proposer un texte à double statut, à la fois élément de la culture cible et document authentique. L’auteur contemporaine dont le nom est citée régulièrement dans les revus littéraires et qui est bien présent dans les librairies, permet de rester ancré dans l’actualité de la production littéraire»12.

22Dans le cas des concepteurs serbes, on dirait qu’ils voulaient présenter la littérature et les auteurs français en tant que témoignage du patrimoine culturel français. Tendance à se référer à la tradition et aux valeurs sûres plutôt qu’à la production récente peut s’expliquer par le but éducatif: vu qu’il s’agit de l’apprentissage du français dans le cadre institutionnel, faire connaître aux élèves de grandes figures de la littérature française et leur faire apprécier des œuvres représentatives s’impose comme l’un des objectifs de l’enseignement/apprentissage du FLE13.

23 Pourtant, l’effet d’un choix orienté vers la tradition est atténué par la modalité de présentation des écrivains et textes littéraires dans les manuels. Le plus souvent, ils sont accompagnés de reproductions de couvertures, de photos des écrivains, d’affiches, de scènes tirées des adaptations cinématographiques et théâtrales faites à partir des œuvres littéraires. Tous ces documents facilitent l’approche du texte littéraire, l’actualisent, l’ancrent dans le présent et le rendent plus proche des apprenants.

24La première approche de la littérature française nous semble importante car elle peut influencer les représentations des apprenants qui peuvent perdurer jusqu’à l’âge adulte et orienter leur choix de lecture. La question qui reste donc à éclairer est celle de l’impact de ces premières représentations sur la littérature française chez les apprenants serbes: Est-ce qu’elles changent le long de l’apprentissage du français? À quel point? Sous l’influence de qui ou de quoi?, etc.

Bibliographie

Albert, Marie-Claude, Souchon, Marc. Les textes littéraires en classe de langue, Paris, Hachette FLE, 2000, 190 p.

Coste, Daniel. «Apprendre la langue par la littérature », in Peytard, Jean et al., Littérature et classe de langue, Paris, Hatier, 1982, p. 59-73.

Dimitrijević, Naum. «Osnovni metodski principi izbora književnih tekstova u nastavi stranog jezika», in Zablude u nastavi stranih jezika, Sarajevo, Svjetlost, 1979, str. 127-145.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 5, Француски језик за пети разред основне школе,  Београд, Завод за уџбенике, 2007, 104 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 6, Француски језик за шести разред основне школе,  Београд, Завод за уџбенике, 2008, 101 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 7, Француски језик за седми разред основне школе, Београд, Завод за уџбенике, 2010, 104 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 8, Француски језик за осми разред основне школе,  Београд, Завод за уџбенике, 2010, 119 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 5, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2007, 40 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 6, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2008, 40 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 7, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2010, 40 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 8, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2010, 40 стр.

Фила, Весна, Голубовић-Тасевска Милица. ImagesdeFrance 7, Француски језик за седми разред основне школе, седма година учења, Приручник за наставнике, Београд, Завод за уџбенике, 2010, 130 стр.

Gruca, Isabelle. «Place et fonctions du texte littéraire dans les méthodologies audio-orale et audio-visuelle du FLE: histoire d’une désacralisation», Travaux de didactique du français langue étrangère, no34, 1995, p. 5-15.

Gruca, Isabelle. « Le texte littéraire en classe de langue : un parcours méthodologique pour la compréhension », in Bemporad Chiara et Jeanneret Thérèse (dir.), Léctures littéraires et appropriation des langues étrangères, Lausanne, Études de Lettres, 2007, p. 207-223.

Kalinowska, Ewa. «Une place d’honneur pour la littérature en langue étrangère!», Le Français dans le monde, no334, 2004, p. 27-28.

Naturel, Mireille. Pour la littérature. De l’extrait à l’œuvre, Paris, Cle international, 1995, 175 p.

Николић, Милија. Методика наставе српског језика и књижевности, Београд, Завод за уџбенике, 2012, 991 стр.

Peytard, Jean. Littérature et classe de langue, Paris, Crédif-Hatier, LAL, 1982, 239 p.

Riquois, Estelle. «Les implicites du texte littéraire dans les manuels», Cahiers de langue et de littérature, no5, 2008, p. 133-150.

Riquois, Estelle. Pour une didactique des littératures en français langue étrangère : du roman légitimé au roman policier, thèse, univ. de Rouen, 2009.

Riquois, Estelle. «Évolutions méthodologiques des manuels et materiels didactiques complémentaires en FLE: De la méthode traditionnelle à la perspective actionnelle», in Éducation et formation, [en ligne], https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01066557/document, (consulté le 20 mars 2015).

Séoud, Amor. Pour une didactique de la littérature, Paris, Les éditions Didier, 1997, 249 p.

Stojnić, Mila. «Funkcionalnost književnog teksta u nastavi stranih jezika», Živi jezici, vol. XXIII, no1-4, 1981, str. 69-76.

Simović, Vesna. Književni tekst u nastavi francuskog jezika kao stranog. Analiza savremenih francuskih i srpskohrvatskih udžbenika za francuski jezik kao strani u osnovnim i srednjim školama, thèse, univ. de Novi Sad, Serbie, 2016.  

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 1, Француски језик за пети разред основне школе, Београд, Завод за уџбенике, 2007, 130 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 2, Француски језик за шести разред основне школе, Београд, Завод за уџбенике, 2008, 129 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 3, Француски језик за седми разред основне школе, Београд, Завод за уџбенике, 2009, 114 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 4, Француски језик за осми разред основне школе, Београд, Завод за уџбенике, 2010, 122 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 1, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2007, 64 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 2, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2008, 67 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 3, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2009, 59 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 4, Радна свеска, Београд, Завод за уџбенике, 2010, 59 стр.

Точанац Миливојев, Душанка. Le français pour nous 3, Француски језик за седми разред основне школе, трећа година учења, Приручник за наставнике, Београд, Завод за уџбенике, 2009, 139 стр.

Notes

1 Par cela, nous comprenons ce que E. Riquois nomme «texte de substitution littéraire», voire «des documents qui ont un lien avec la littérature, qui permettent de l'évoquer mais ne sont pas de textes littéraires à proprement parler» : les photos des écrivains, les citations, les couvertures des livres, les illustrations, les notes bio-bibliographiques, les textes sur la littérature ou les auteurs français, etc. in Riquois, E., Pour une didactique des littératures en français langue étrangère : du roman légitimé au roman policier, Université de Rouen, Rouen, 2009,  p. 175.  

2  Les références complètes sont indiquées dans la bibliographie en fin d’article.

3  Il faut dire qu'en Serbie les enfants entrent à l’école primaire à l’âge de 7 ans. L’école primaire dure 8 ans. La tranche d’âge de 11 à 15 ans correspond aux quatre dernières années, période pendant laquelle les élèves apprennent la seconde langue étrangère. La première langue étrangère qu’on commence à apprendre dès l’âge de 7 ans et qu’on apprend tout au long de l’école primaire est presque toujours l’anglais. Il est très rare qu'on apprenne d'autres langues étrangères en tant que LV1.   

4  Il faut dire qu'en Serbie les enfants entrent à l’école primaire à l’âge de 7 ans. L’école primaire dure 8 ans. La tranche d’âge de 11 à 15 ans correspond aux quatre dernières années, période pendant laquelle les élèves apprennent la seconde langue étrangère. La première langue étrangère qu’on commence à apprendre dès l’âge de 7 ans et qu’on apprend tout au long de l’école primaire est presque toujours l’anglais. Il est très rare qu'on apprenne d'autres langues étrangères en tant que LV1.   

5 Точанац Миливојев, [Točanac Milivojev],  Le français pour nous 3, Француски језик за седми разред основне школе, трећа година учења, Приручник за наставнике, Завод за уџбенике, Београд, 2009, p.5.

6  Dimitrijević, N., «Osnovni metodski principi izbora književnih tekstova u nastavi stranog jezika», in Zablude u nastavi stranih jezika, Svjetlost, Sarajevo, 1979, p. 127-145.

7  Nous empruntons cette appellation à E. Riquois qui l’utilise pour éviter la confusion que pourrait entrainer  l’appellation «classique» et les références aux  écrivains du XVIIe siècle (E. Riquois, Op. Cit., p.181).

8  E. Riquois, Op. Cit., p.182.

9  E. Riquois Op. Cit., p. 186

10  Il s’agit des méthodes de FLE Oh là là collège, Junior plus, Et toi?, Alex et Zoe, Pixel.

11  V. Simović, Književni tekst u nastavi francuskog jezika kao stranog. Analiza savremenih francuskih i srpskohrvatskih udžbenika za francuski jezik kao strani u osnovnim i srednjim školama, Univerzitet u Novom Sadu, Novi Sad, 2016, p. 155-175.

12  E. Riquois Op. Cit., p.187.

13 M. Николић Методика наставе српског језика и књижевности, Завод за уџбенике, Београд, 2012, p. 13-25.

Pour citer cet article

Vesna Simović (2019). "La première approche de la littérature française des élèves serbes : le panorama des écrivains français dans les manuels de FLE publiés en Serbie". Revue du Centre Européen d'Etudes Slaves - Langues et Didactique | La revue | Numéro 7.

[En ligne] Publié en ligne le 31 mars 2019.

URL : http://etudesslaves.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1327

Consulté le 19/10/2019.

A propos des auteurs

Vesna Simović

Vesna Simović enseigne le FLE et la didactique du FLE à la Faculté de Philosophie de l’Université de Niš (Serbie). Sa thèse de doctorat porte sur la littérature en FLE. Ses domaines de recherches sont la littérature en FLE, la motivation, l’autonomie, les stratégies d’enseignement et d’apprentissage des langues étrangères. Elle a publié une monographie intitulée La littérature française dans « le Messager littéraire serbe » ainsi que des articles relatifs à ses domaines d’intérêt. Elle a participé à de nombreux colloques nationaux et internationaux.

Articles du même auteur :

Image numéro 7

Numéro 7 - Le français à la rencontre avec les autres langues : Approches linguistiques, littéraires et culturelles

Le septième numéro de la Revue du Centre Européen d’Études Slaves contient les contributions issues de deux journées d’étude qui ont lieu le 25 juin 2016 et le 23 juin 2018 à la MSHS de l’Université de Poitiers. Soutenues par l’AUF, UFR Lettres et Langues et le laboratoire MIMMOC EA 3812, elles furent consacrées à l'étude interdisciplinaire  des langues et des cultures en contact abordant de nouvelles questions sur les emprunts, les transferts ou bien les problèmes de traduction. Ces deux manifestations scientifiques ont rassemblé des enseignants chercheurs de différentes universités européennes et fut inaugurées par S. E. Monsieur Darko Tanaskovic l'Ambassadeur de Serbie à l’UNESCO.



Contacts

Revue du Centre Européen d'Etudes Slaves

Université de Poitiers
Maison des Sciences de l'Homme et de la Société
Bâtiment A5
5, rue Théodore Lefebvre
86000 Poitiers - France
susan.finding@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique : 2274-7397

Dernière mise à jour : 19 avril 2019

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)