Vous êtes ici : Accueil > La revue > Numéro 4 > Imaginaire linguisti... > La langue française...

La langue française dans les parlers de la Serbie du Sud-Est : les emprunts et leurs dérivés

frPublié en ligne le 06 février 2015

Par Selena Stanković

Résumé

Dans le présent article, nous nous proposons de faire une analyse del’adaptation morphologique et de l’intégration lexicale et morphosyntaxique des emprunts d’origine française dans les parlers de la région dialectale de Prizren et du Timok. À partir d’un corpus extrait des dictionnaires publiés de la zone de l’idiome du Timok et de la Lužnica, de celui de Zaplanje et de celui de la Morava du Sud, nous prenons en considération, d’abord, la structure du matériel linguistique recherché, c’est-à-dire nous définissons les catégories de mots et les sphères de l’emploi auxquelles appartiennent les emprunts français dans les parlers serbes mentionnés. Ensuite, nous examinons les unités lexicales qui sont dérivées des emprunts d’origine française antérieurement complètement intégrés dans ces idiomes locaux serbes, c’est-à-dire nous déterminons le procédé de dérivation par lequel les mots dérivés sont créés et nous définissons les sortes de mots dont ils font partie.   

Abstract

Рад се бави морфолошком адаптацијом француских позајмљеницау говорима призренско-тимочке дијалекатске области и њиховом интеграцијом у лексички састав и морфосинтаксичку структуру локалних југоисточносрбијанских говора. На корпусу који нуде објављени речници са подручја тимочко-лужничког, заплањског и јужноморавског идиома, (а) анализира се структура истраживаног језичког материјала, тј. одређују се категорије речи и сфере употребе којима дате француске позајмљенице припадају, (б) разматрају се и речи изведене од француских позајмљеница које су претходно потпуно интегрисане у наведене српске народне говоре, одн. утврђују се модели њихове деривације и врсте речи којима оне припадају.   

Introduction1

1La langue d’un peuple civilisé privée d’influences d’autres communautés linguistiques et de couche lexicale étrangère n’existe pas. Des mots empruntés, en tant qu’éléments de ce sous-système lexical, reflètent un segment de l’histoire d’une nation, de son histoire politique et économique, ainsi que celui de l’histoire de sa culture et de sa langue. Arrivés dans une langue (la langue d’accueil), soit qu’ils aient suivi de nouveaux objets et de nouvelles notions venus d’un autre peuple et d’une autre langue (la langue de départ), soit qu’ils aient comblé des vides lexicaux dans la langue d’accueil, les emprunts figurent comme le résultat des contacts et des influences entre les langues. Cependant, ils ne représentent pas la conséquence des influences étrangères et la forme d’un processus créatif uniquement dans la langue standard, mais aussi dans le parler populaire, et cela se rapporte surtout aux emprunts dont les référents ne possèdent pas de termes autochtones. Tout ce qui est issu des contacts entre des langues et concerne une langue comme système trouve son reflet, d’une certaine manière, dans un dialecte, dit D. Ćupić en soulignant que les parlers serbo-croates sont entrés en contact avec plusieurs langues étrangères, en particulier avec celles appartenant aux groupes des langues romane et germanique, avec le turc, ainsi que dans une certaine période avec le grec2. Quant aux parlers de la région dialectale de Prizren et du Timok, leurs traits structurels essentiels, de nature morphologique et syntaxique avant tout, connus sous le nom de balkanismes, ont été développés sous l’influence des langues non-slaves balkaniques, notamment  sous l’influence des dialectes romans où, comme l’explique A. Belić3 ils sont tout d’abord apparus. Influencés par la population romane, ces parlers ont vécu également des changements dans le fonds lexical si bien que les mots d’origine romane y tiennent une place considérable, comme une vieille couche non-slave balkanique4. Mis à part cette ancienne couche lexicale romane, dans les parlers de la Serbie du Sud-Est nous remarquons aussi des mots d’origine romane plus récents. Parmi eux, nous rencontrons un certain nombre de mots d’origine française qui, malgré le fait qu’ils ne représentent pas un fonds lexical dominant, relèvent d’une importante influence lexicale française qui est le retentissement du prestige de la culture, de la civilisation et de la langue françaises. De même, le corpus hétérogène des emprunts français étudiés dans cette recherche témoigne de la force de cette influence lexicale.

2Dans cet article, nous nous proposons d’identifier les emprunts français et leurs dérivés dans les parlers de la zone dialectale de Prizren et du Timok – la zone comprenant les parlers de la Serbie est et sud que le linguiste serbe A. Belić a répartis, d’après leurs structures intérieures, en trois groupes : le parler du Timok et de la Lužnica, celui de Svrljig et de Zaplanje et celui de Prizren et de la Morava du Sud5. Le parler du Timok et de la Lužnica occupe les parties est de cette région dialectale, ses côtes ouest et sud-ouest sont couvertes par le type dialectal de Prizren et de la Morava du Sud, pendant que le parler de Svrljig et de Zaplanje s’étend sur un terrain étroit entre les deux parlers précédents6. En effet, notre objectif est (a) d’analyser la structure du matériel emprunté – définir les catégories grammaticales et les sphères de l’emploi auxquelles appartiennent les emprunts français dans les parlers serbes mentionnés – et (b) d’examiner les mots dérivés des emprunts français – déterminer le procédé par lequel ils sont créés dans ces parlers, ainsi que les sortes de mots dont ils font partie. Notre étude est fondée sur un corpus prélevé de neuf dictionnaires publiés, répertoriant des idiomes locaux de la Serbie du Sud-Est, à savoir : B. Mitrović (1984)7, Rečnik leskovačkog govora [Dictionnaire du parler de Leskovac], M. Marković (1986, 1993)8, Rečnik narodnog govora u Crnoj Reci [Dictionnaire du parler populaire à Crna Reka], N. Živković (1987)9, Rečnik pirotskog govora [Dictionnaire du parler de Pirot], D. F. Manić (1997)10, Lužnički rečnik [Dictionnaire de Lužnica], V. Jovanović (2004)11, Rečnik sela Kamenice kod Niša [Dictionnaire du village Kamenica à côté de Niš], R. Žugić (2005)12, Rečnik govora jablaničkog kraja [Dictionnaire du parler de la région de Jablanica], J. Dinić (2008)13, Timočki dijalekatski rečnik [Dictionnaire dialectal de Timok], R. Stojanović (2010)14, Crnotravski rečnik [Dictionnaire de Crna Trava], M. Zlatanović (2011)15, Rečnik govora juga Srbije (provincijalizmi, dijalektizmi, varvarizmi i dr.) [Dictionnaire du parler de la Serbie du Sud (régionalismes, dialectalismes, barbarismes etc.)]. L’identification des lexèmes empruntés et leur origine française sont vérifiées en s’appuyant sur les dictionnaires suivants des langues serbo-croate et française : Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika(Dictionnaire étymologique de la langue croate ou serbe) de P. Skok (1971–1973)16, Rečnik srpskohrvatskog književnog i narodnog jezika (Dictionnaire de la langue littéraire et populaire serbo-croate) de l’Académie serbe des sciences et des arts (1959-)17, Rečnik srpskohrvatskoga književnog jezika (Dictionnaire de la langue littéraire serbo-croate) de Matica srpska (1967-1976)18, Leksikon stranih reči i izraza (Lexiquedemotsetexpressionsétrangers) de M. Vujaklija (1980)19,Dictionnaire historique de la langue française d’A. Rey (1998)20, Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (1996)21 et le dictionnaire en version électronique Le Trésor de la langue française informatisé (http://atilf.atilf.fr/)22.   

2. Sur les emprunts français en langue serbe

3Les mots d’origine française, en tant que sous-système des emprunts dans la structure lexicale de la langue serbe (standard), ont été étudiés sous divers aspects par différents auteurs. Ainsi, dans son livre qui traite de l’intégration des mots d’origine française en serbe sur le plan phonologique, morphologique et sémantique, M. Popović dit que l’influence de la langue et de la culture françaises sur le lexique du serbe commence à se répandre au XVIIIe siècle. Cette influence devient plus grande durant le XIXe siècle et se montre la plus forte entre les deux guerres mondiales ; après la Seconde guerre mondiale, elle s’affaiblit, notamment devant l’expansion de la langue anglaise. L’influence lexicale française sur le serbe provient de l’immense prestige culturel que la France avait en Europe. Dans la plupart des cas, les mots français sont arrivés dans la langue serbe indirectement, par l’intermédiaire, en premier lieu, de l’allemand, mais aussi du russe et de l’italien. Les journaux, la littérature, les traductions des œuvres littéraires, la radio, la télévision et le cinéma, la terminologie de spécialité, ainsi que le commerce et la publicité jouaient un rôle très important dans la transmission du français et ont contribué à son rayonnement ainsi qu’à l’apparition du français dans le lexique de la langue serbe et sur le lexique de la langue serbe23.

4L’analyse de la valeur du jargon des emprunts français en serbe standard figure comme objectif de l’un des articles de D. Drobnjak24. À partir d’un matériel linguistique composé de termes désignant des professions, cet auteur prend en considération les rapports mutuels de la (non-)concordance sémantique entre les gallicismes et leurs équivalents serbes25. Les termes culinaires d’origine française en serbe et la comparaison des sens des modèles français et ceux des répliques serbes sont examinés dans le travail réalisé en collaboration entre l’auteur mentionné et S. Gudurić26. Ensuite, en analysant quelques éléments romans présents aux niveaux syntaxique et onomastique en langue serbe, S. Gudurić27 fait ressortir des éléments lexicaux d’origine française appartenant au lexique général et aux sphères des noms de famille et de la toponymie. Dans son article sur les mots d’origine française en serbe, N. Krstić28 souligne le fait que les premiers mots français ont intégré le serbe à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle. En vue de définir les procédés utilisés dans l’adaptation des emprunts lexicaux dans la langue serbe et de déterminer les critères du degré de leur adaptation, M. Alanović29 prend un corpus composé de gallicismes. D’après I. Klajn, tous les gallicismes en serbo-croate peuvent être divisés en cinq classes : a) ceux qui sont arrivés par l’intermédiaire passif de l’allemand (ils sont les plus nombreux) ; b) les germano-gallicismes, qui sont venus en serbo-croate par l’intermédiaire actif de l’allemand; c) les pseudo-gallicismes, les mots allemands créés selon le modèle français; d) les italo-galllicismes, les mots italiens empruntés d’abord par le français, d’où ils sont passés ensuite dans la langue serbo-croate ; e) les anglo-gallicismes, les emprunts anglais en français, d’où ils sont arrivés ensuite dans le serbo-croate30.

3. Les emprunts français dans les parlers de la Serbie du Sud-Est

5Pour ce qui est des parlers de la région dialectale de Prizren et du Timok, les mots d’origine romane, y compris ceux d’origine française, ont été examinés dans un petit nombre d’articles. Ainsi, N. Petrović31 traite des unités linguistiques d’origine romane dans le lexique du parler de Pirot, parmi lesquelles elle aperçoit celles empruntées au français à l’époque de la Révolution française. M. Vukić32 étudie des termes d’origine romane dans le parler du Timok et des changements phonétiques et morphologiques exercés, en mentionnant que les mots d’origine française sont dus à la présence des Français travaillant dans les mines à l’est de la Serbie. Un dialectologue serbe N. Bogdanović analyse des éléments valaques dans les parlers de la Serbie du Sud-Est, particulièrement dans la terminologie de l’élevage du bétail33

 3.1. La structure du matériel emprunté

6Le corpus linguistique analysé dans cet article se compose de quatre-vingt-dix-neuf (99) lexèmes qui se trouvent, en tant qu’entrées, dans les dictionnaires cités des idiomes locaux de la Serbie du Sud-Est. Afin de présenter la structure du matériel recherché, nous faisons la classification des emprunts français selon deux principes proposés par R. Filipović34 par sortes de mots et par domaines de l’emploi.

7Selon le premier critère, notre inventaire lexical est divisé en quatre catégories grammaticales :

8a) les noms, naturellement les plus fréquents (84), le fait qui est, comme l’explique R. Filipović35, conforme au principe fondamental du processus de l’emprunt linguistique – l’emprunt des mots accompagne la prise des objets et des notions d’une communauté linguistique à l’autre. En plus de cela, dans une langue, la catégorie des noms est la plus grande, ils représentent la classe de mots la plus autonome étant donné qu’ils parlent d’eux-mêmes ; ensuite, le transfert des mots dépendants est plus difficile, à cause de l’emprunt d’ordre culturel que de celui d’ordre intime36. Parmi les noms, nous en notons une cinquantaine empruntés directement au français tandis que les autres sont dérivés à l’aide de suffixes serbes et de lexèmes précédemment adaptés ;

9b) les adjectifs, la majorité d’entre eux (6) sont formés sur une base d’origine française en ajoutant un suffixe adjectival serbe. Dans la plupart des cas, ce sont des noms déjà intégrés qui servent de base, mais nous rencontrons également des verbes en même fonction. Les deux adjectifs représentent les mots empruntés directement et adaptés au système de ces idiomes serbes ;  

10c) les verbes, des lexèmes empruntés directement et adaptés au système morphologique des parlers serbes cités. Ils ne sont pas nombreux dans notre matériel (5) et leur signification est concrète et spécifique ;

11d) les adverbes, les formes les moins fréquentes dans le corpus recherché (2), dérivées des adjectifs antérieurement adaptés et intégrés, auxquels sont ajoutés des suffixes adverbiaux serbes.  

12D’après le second critère – les sphères de la vie et de l’activité humaine – tous les emprunts français dans les parlers de la Serbie du Sud-Est peuvent se grouper autour de plusieurs champs sémantiques. Ceux-ci ne témoignent pas uniquement de la dénomination des nouvelles notions empruntées à la communauté linguistique française ou, bien du comblement des vides lexicaux, mais d’une certaine manière, ils éclaircissent également des facteurs sociologiques, des conditions historiques et politiques, ainsi que des aspects sociolinguistiques du processus même de l’emprunt. L’analyse du corpus montre que les mots d’origine française dans ces parlers serbes appartiennent aux domaines de l’emploi suivants :

13       a) l’habillement et les vêtements :

14колир (n. m.) = le col ; la capuche37 (en serbe standard : колије, колијер, колир) < le collier  

15колирка(n. f.) = la capuche (en serbe standard : колије, колијер, колир) < le collier  

16маркизетка(n. f.) = le foulard, le cache-nez de coton et de soie < la marquisette

17палта(n. f.) = le vêtement d’homme, boutonné par devant, à poches plaquées, généralement assez court (en serbe standard : палто) < le paletot

18баре (n. n.)  / баретка (n. f.) = la coiffure de laine souple, ronde et plate, sans bord (en serbe standard : бере) < le béret   

19качћет (n. m.) = la coiffure en matière souple, généralement munie d’une visière et portée habituellement par les hommes (en serbe standard : качкет) < la casquette

20       b) l’armée et les armes :

21амуниција(n. f.) = explosifs et projectiles nécessaires au chargement des armes à feu (en serbe standard : муниција) ← la munition  

22баталион / баталијон (n. m.) = l’unité tactique de l’infanterie composée de plusieurs compagnies ; un grand nombre (en serbe standard : касарна) < le bataillon

23касарина38 (n. f.) = le bâtiment destiné à loger des troupes ; une grande pièce dans la maison, la maison (en serbe standard : касарна) < la caserne   

24бонба / бомба(n. f.) = projectile creux de forme et de calibre variables, rempli d’explosif ; ballon en verre à col court pour conserver des alcools (en serbe standard : бомба) < la bombe  

25бонбардуе (v., au présent, la 3e p. du sing.)39 < bombarder

26ентиљерија (n. f.) = ensemble des matériels de guerre (en serbe standard : артиљерија) ← l’artillerie

27вронт(n. m.) = la ligne des positions occupées face à l’ennemie, la zone des batailles (en serbe standard : фронт) < le front

28      

29c) le commerce et l’administration :

30дубла (n. f.) / дубле (n. n.) = l’orfèvrerie faite d’un métal ordinaire recouvert, par soudure, d’une mince plaque de métal précieux, doublé or ; le collier; doublé de (en serbe standard : дублет = le double) < un doublé

31акциз / аксиз (n. m.) = impôt frappant certains produits de consommation (en serbe standard : акциза) < une accise

32напалион / напалон / напалијон (n. m.) = la pièce d’or (en serbe standard : наполеон, наполеондар) < le napoléon ;

33d) les noms de professions :

34бонбонџија / бомбонџија (n. m.) = la personne qui produit et vend des bonbons (en serbe standard : бомбонџија) < le bonbon ;

35џандар / џандарин(n. m.) = militaire appartenant à un corps spécialement chargé de veiller au maintien de l’ordre et de la sûreté publique (en serbe standard : жандарм) < le gendarme

36енџелир40 (n. m.) = constructeur, inventeur d’engins de guerre ; personne qui a reçu une formation scientifique et technique la rendant apte à diriger certains travaux, à participer à des recherches (en serbe standard : инжењер) < un ingénieur

37вијаћерџија / вијакерџија(n. m.) = la personne qui dirige une voiture à cheval (en serbe standard : фијакерист) < le fiacre

38ентиљерац (n. m.) = le membre de l’artillerie (en serbe standard : артиљерац) < une artillerie ;

39e) le transport et les moyens de transport :

40чезе / чезије (n. f.) =  la voiture à deux roues, tirée par un ou plusieurs chevaux (en serbe standard : чеза) < la chaise

41вијакер / фијакер / вијаћер (n. m.) = la voiture à cheval (en serbe standard : фијакер) < le fiacre

42велиципет(n. m.) = le vélo (en serbe standard : велосипед) < le vélocipède

43f) l’industrie et la production :

44вагон41 (n. m.) = le véhicule tracté par une voiture à cheval, destiné au transport des animaux et des marchandises ; le train ; le contenu d’un wagon (en serbe standard : вагон) < le wagon

45лафет= калафет (n. m.) = la pièce ou l’assemblage de pièces, en bois ou en métal, servant de support, le wagon < l’affût

46позамантија(n. f.) = l’ensemble des ouvrages de fil (passements, franges, galons) destinés à l’ornement des vêtements, des meubles, etc. ; le commerce, industrie des articles de passementerie (en serbe standard : позамантерија) < la passementerie

47марћизет(n. m.) = l’étoffe légère, transparente de soie ou de coton (en serbe standard : маркизет) < la marquisette

48g) l’alimentation et les produits alimentaires :

49манажа / менѕа (n. f.) = l’établissement public où l’on sert des repas (en serbe standard : менажа, менза) < le ménage

50бамбона / бонбона(n. f.) = la petite friandise, de consistance ferme ou dure, faite de sirop aromatisé et parfois coloré (en serbe standard : бомбона) < le bonbon

51бомбоњера(n. f.) = la petite boîte à bonbons (en serbe standard : бомбоњера) < la bonbonnière

52h) la construction et l’architecture :

53квартир / квартаљ(n. m.) = la division administrative d’une ville ; l’appartement (en serbe standard : квартир) ← le quartier

54банкет / банћет(n. m.) = les briques sèches prêtes à cuire < le banquet

55третовар(n. m.) = le passage surélevé établi pour la circulation des piétons des deux côtés d’une rue (en serbe standard : тротоар) < le trottoir

56i) les noms de plantes et d’animaux :

57бонбонка / бомбoнка (n. f.) = la menthe ; une sorte de fleur < le bonbon

58карамелка42 (n. f.) = le chat roux clair < le caramel

59j) l’art :

60енгоба(n. f.) = l’enduit terreux qu’on applique sur la pâte céramique pour en masquer la couleur naturelle (en serbe standard : енгоба) < un engobe

61k) les noms propres :

62Шагрини (m. pl.) = le nom d’une famille dans un village < le chagrin

63l) les caractères moraux des êtres humains :

64апаш(n. m.) = le malfaiteur, voyou de grande ville prêt à tous les mauvais coups (en serbe standard : апаш) < un apache

65џандарка(n. f.) = une femme militaire appartenant à un corps spécialement chargé de veiller au maintien de l’ordre et de la sûreté publique ; la femme du gendarme ; une femme sévère (en serbe standard : жандарка) < le gendarme

66m) le vocabulaire général lié à la vie et à la communication quotidiennes :

67атрес / атрез (n. m.) / атреса (n. f.) = l’indication du domicile d’une personne (en serbe standard : адреса) < une adresse

68атресира (v., au présent, la 3e p. du sing.), атресирам(v., au présent, la 1ère p. du sing.)  < adresser

69ластриж / ластреж / ластеж(n. m.) = l’élastique ; la fronde, le lance-pierre (en serbe standard : ластик, ластиш) < un élastique

70багаш(n. m.) = les effets, objets que l’on emporte avec soi en déplacement, en voyage ; l’époux / l’épouse (en serbe standard : багаж) < le bagage

71банкет / банћет(n. m.) = le repas d’apparat où sont conviées de nombreuses personnes ; (en serbe standard : банкет) < le banquet

72гарда(n. f.) = l’appareil pour pêcher (en serbe standard : гарда = l’action, fait de garder) < la garde

73резик(n. m.) =  le danger éventuel, plus ou moins prévisible, explorer le risque (en serbe standard : ризик) < le risque

74резикуе (v., au présent, la 3e p. du sing.), резикујем (v., au présent, la 1ère p. du sing.)  < risquer

75резичан, -на,- но (adj.) < risquant

76џандарка (adj. inv.) = bleu, -e < le gendarme

77андулација (n. f.) = (en parlant d’une chevelure) la disposition en ondes souples, en vagues; l’opération généralement effectuée par un coiffeur, qui permet de donner cet aspect à la chevelure (en serbe standard : ондулација) < une ondulation

78андулира (се) (v., au présent, la 3e p. du sing.) < onduler

3.2. Les emprunts français et leurs dérivés dans les parlers de la Serbie du Sud-Est

79La recherche de notre corpus extrait de dictionnaires des idiomes de la zone dialectale de Prizren et du Timok démontre que les emprunts d’origine française sont, dans de nombreux cas, intégrés morphologiquement dans la structure lexicale de ces parlers serbes en quelques variantes, toutes ayant le même contenu sémantique. Les nuances des formes d’un emprunt découlent quelquefois des différences qui existent entre les types dialectaux. Ainsi, nous notons: акциз / аксиз ; атрес / атрез / атреса ; бамбона / бонбона ; баре / баретка ; дубла / дубле ; квартир / квартаљ ; ластриж / ластреж / ластеж ; чезе / чезије ; вијакер / фијакер / вијаћер ; џандар / џандарин ; напалион / напалон / напалијон ; банкет / банћет ; баталион / баталијон ; бонба / бомба ; манажа / менѕа.

80De plus, le matériel linguistique analysé fait voir que les mots d’origine française sont devenus des bases dans le procédé de formation des nouvelles unités lexicales dans les parlers de la Serbie du Sud-Est. C’est le fait qui relève l’intégration complète des emprunts français dans ces idiomes serbes – dans leur système lexical et leur structure morphosyntaxique. La formation des dérivés à l’aide des éléments d’origine française, servant de bases et de multiples communs du sémantisme, se déroule à travers le processus de dérivation par ajout de suffixes. Comme cela, nous remarquons à la fois que dans les champs lexicaux naissent de nouveaux constituants (des noms, des adjectifs et des adverbes), que les suffixes utilisés précisent la signification de nouveaux lexèmes en leur donnant une place dans des classes lexicales clairement définies.

81Donc, selon l’analyse exercée, notre corpus des emprunts français est composé de deux groupes d’unités lexicales : a) celles qui sont empruntées à la langue française et intégrées morphologiquement et syntaxiquement dans les dialectes mentionnés – les substantifs, qui en constituent la majorité, les verbes et les adjectifs ; b) celles qui sont formées sur une base d’origine française par ajout de suffixes nominaux, adjectivaux et adverbiaux – les substantifs qui y dominent, les adjectifs et les adverbes – et qui, par conséquent, représentent l’expansion lexicale des formes précédentes, c’est-à-dire des formes élémentaire43.

82À partir des bases d’origine française sont dérivés les nouveaux noms en ajoutant divers suffixes d’origines slave et étrangère ; malgré qu’ils ne soient pas susceptibles d’être employés indépendamment et qu’ils soient privés de signification, les suffixes introduisent le plus souvent un autre sens dans un nouveau terme44. Ainsi, dans le matériel linguistique recherché, nous enregistrons les suffixes nominaux suivants:       

83a) -ка – le suffixe très productif d’ailleurs lors de la dérivation des noms du genre féminin. Ici, il s’ajoute à une base nominale et il est employé avec différentes valeurs. Ce suffixe forme un diminutif accompagné d’une valeur hypocoristique :

84       бомбонка / бонбoнка = un petit bonbon

85ou bien, il s’emploie pour désigner une entité détachée d’un groupe ou d’une quantité plus grande de ce qui est marqué par le mot élémentaire :

86бонбонка / бомбoнка = la menthe ; une sorte de fleur

87       маркизетка / марћизетка = le foulard, le cache-nez de coton et de soie

88ou afin d’indiquer un animal ayant la même qualité que le mot élémentaire :

89       карамелка = le chat roux clair

90b) -че – le suffixe qui s’ajoute à une base nominale pour présenter un être jeune ou un objet petit. Les dérivés obtenus, portant la valeur diminutive, sont du genre neutre :

91       апашче= un enfant intelligent

92       бомбонче= un petit bonbon

93       колирче = un petit collier

94       напалионче= une petite pièce d’or

95c) -ње – très productif, ce suffixe désigne l’action verbale, l’état ou le résultat de l’action exprimée par le verbe :  

96       атресирањеатресира (= adresser)

97       андулирање андулира (= onduler)

98бонбардување / бомбардување бонбардуе (= bombarder)

99       резикување резику(ј)е (= risquer)

100d) -џија – le suffixe d’origine turque, il s’ajoute à une base nominale et indique la profession :

101бонбонџија / бомбонџија = la personne qui produit et vend des bonbons

102вијакерџија / вијаћерџија / фијакерџија = la personne qui dirige une voiture à cheval

103e) -ин – ajouté à une base nominale, il forme un nom de profession : 

104       џандарин = le gendarme

105f) -ац – le suffixe qui sert à dériver des noms marquant un agent ou une profession :

106ентиљерац = le membre de l’artillerie ← une artillerie

107g) -ло – le suffixe qui sert à former un nom du genre neutre. Le mot dérivé désigne le même objet que la base, mais il est suivi d’une valeur péjorative :

108       качћетало = une vieille casquette usée 

109h) -уша – les dérivés créés par ajout de ce suffixe sont marqués par le sens péjoratif :

110       џандаруша = une femme sévère, arrogante, opiniâtre

111i) -ант – le suffixe qui indique un agent :

112       резикант = celui qui (s’)expose à un risque

113Dans le processus de dérivation des adjectifs sur le modèle des adjectifs serbes, les suffixes adjectivaux sont ajoutés aux lexèmes d’origine française déjà adaptés (les noms, les verbes, les adjectifs) à la structure lexicale et morphosyntaxique des idiomes analysés. Nous rencontrons les suffixes suivants :

114a) -ан – le suffixe qui est productif lors de la formation des adjectifs sur les substantifs. Dans le corpus examiné, il désigne la matière dont un objet est fait :

115       марћизетан, -на, -но (= de marquisette)

116Dans cette classe d’adjectifs, nous notons également l’adjectif verbal passif exprimant le résultat de l’action verbale :

117       андулиран, -наандулира (= ondulé, -e)

118b) -ски – dans le matériel analysé, les adjectifs dérivés à l’aide de ce suffixe marquent une propriété, une caractéristique :

119       апашки, -а, о- (= à la façon d’un apache)

120       џандарсћи, -ска, -ско(= à la façon d’un gendarme)

121c) -ов – le suffixe qui sert à former des adjectifs désignant le rapport de possesion. Le possesseur est une personne masculine :  

122       апашов, -а, -о(= ce qui appartient à un apache)

123џандаров, -а, -о(= ce qui appartient à un gendarme)

124d) -ас(т) – ajouté à une base adjectivale, il exprime une qualité plus ou moins atténuée :

125џандаркас, -та , -то (= bleuâtre) ← џандарка, adj. inv. (= bleu)

126Les dérivés adverbiaux se forment sur la base des adjectifs antérieurement adaptés et complètement intégrés dans les parlers de la Serbie du Sud-Est. Les suffixes employés durant ce processus sont suivants :

127a) -о – le suffixe qui donne l’adverbe dont la forme est identique à celle de l’adjectif au neutre :

128резичнорезичан, -на,- но (= en risquant)

129b) -сћи (-ски) – le suffixe qui forme l’adverbe ayant la même forme que l’adjectif (au masculin) :

130џандарсћиџандарсћи, -ска, -ско(= de la manière d’un gendarme).

4. Conclusion

131Dans les parlers de la Serbie du Sud-Est existe un certain nombre de mots d’origine française – des lexèmes qui ne sont pas nombreux, mais qui relèvent d’une importante influence lexicale de la langue française sur ces idiomes serbes. Cette influence figure comme retentissement du prestige de la culture, de la civilisation et de la langue françaises dans la région dialectale de Prizren et du Timok.

132L’analyse de notre corpus démontre que l’inventaire lexical des emprunts français dans ces parlers serbes est composé de presque cent unités (99) qui peuvent être réparties en quatre catégories grammaticales : a) les noms, qui sont naturellement les plus fréquents (84), car l’emprunt des mots suit la prise des objets, des notions et des idées d’une communauté linguistique à l’autre. Deux tiers des noms sont empruntés directement au français tandis que les autres sont dérivés ; b) les adjectifs, dont le plus grand nombre (6) est formé sur une base d’origine française par ajout d’un suffixe serbe. Les deux adjectifs sont empruntés directement et adaptés au système de ces idiomes serbes ; c) les verbes (5), qui sont empruntés directement et adaptés; d) les adverbes, les formes les moins nombreuses dans le corpus recherché (2), dérivées des adjectifs antérieurement adaptés et integrés aux systèmes lexical et morphosyntaxique des parlers serbes mentionnés.

133Le matériel recherché montre également que les mots d’origine française dans les types dialectaux de la Serbie du Sud-Est appartiennent aux diverses sphères de la vie et de l’activité humaine : l’habillement et les vêtements, l’armée et les armes, le commerce et l’administration, les professions, le transport, l’industrie, l’alimentation et les produits alimentaires, la construction et l’architecture, les plantes et les animaux, les arts, les noms propres, les caractères moraux des êtres humains, le vocabulaire lié à la vie et à la communication quotidiennes. 

134Les emprunts français peuvent être divisés en (a) ceux qui sont empruntés au français et intégrées dans les parlers de la zone dialectale de Prizren et du Timok – les substantifs, les verbes et les adjectifs, et en (b) ceux qui sont formées – les substantifs, les adjectifs et les adverbes – sur une base d’origine française par ajout de suffixes serbes nominaux, adjectivaux et adverbiaux.

Bibliographie

 Alanović, Milivoj. « Susret sa zapadnom Evropom : galicizmi u srpskom jeziku » [« Rencontre avec l’Europe occidentale : les gallicismes dans la langue serbe »], in Susret kultura, Zbornik radova,Novi Sad, Univerzitet u Novom Sadu, Filozofski fakultet, 2006, p.599-608.

Belić, Aleksandar. Dijalekti istočne i južne Srbije [Dialectes des régions est et sud de la Serbie], Deveti tom, Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 1999.

Bogdanović, Nedeljko. « Vlahoromanski elementi u govorima istočne Srbije » [« ÉlémentsaroumainsdanslesidiomesdelaSerbieest »], inProblemedefilologie slavă,XIV, 2006,p. 19-26.

Ćupić, Drago. « Tuđice u dijalekatskoj leksici i njihova obrada »[« Motsempruntésdanslelexiquedialectaletleuradaptation »], inLeksikografija i leksikologija, Zbornik radova,NoviSad, Beograd,Maticasrpska, Institut za srpskohrvatski jezik, 1984, p.197-201.

Dictionnaire historique de la langue française 1-3,Sous la direction d’Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1998.

Dinić, Jakša.Timočki dijalekatski rečnik [Dictionnaire dialectal de Timok],Monografije4, Beograd, Institut za srpski jezik SANU, 2008.

Drobnjak, Dragana. « Francuske pozajmljenice u srpskom žargonu » [« Mots empruntésd’origine française dans le jargon serbe »], in Susret kultura, Zbornik radova, Knjiga I, Novi Sad, Univerzitet u Novom Sadu, Filozofski fakultet,2010, p. 609-614.

Drobnjak, Dragana. « L’emprunt des noms de professions du français au serbe », in Academic Days of Timişoara: Language Education Today, Edited by Georgeta Raţă, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2011, p. 59-68.

Drobnjak, Dragana et Gudurić, Snežana. « Termes culinaires d’origine française en serbe », in Agapes francophones 2012, Actes du IXe Colloque international d’études francophones, Passeurs de mots, Timişoara, Université de l’Ouest de Timişoara, Chaire de français, Centre d’Études Francophones, Editura Universităţii de Vest, 2012, p. 315-324.     

Filipović, Rudolf. « Jezici u kontaktu i jezično posuđivanje » [« Les langues en contact et l’emprunt linguistique »], Suvremena lingvistika, br. 4, Jezici u kontaktu i lingvističko posuđivanje, Zagreb, Sveučilište u Zagrebu, 1967,p. 27-89.

Filipović, Rudolf. Teorija jezika u kontaktu : uvod u lingvistiku jezičnih dodira [La théorie des langues en contact : l’introduction à la linguistique des contacts de langues], Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetosti – Školska knjiga, 1986.

Forski, Manić, Dragoslav.Lužnički rečnik [Dictionnaire de Lužnica], Babušnica, Dom kulture, 1997.

Gudurić, Snežana. « Neki romanski elementi u srpskom jeziku » [«Quelques élémentsromansdanslalangueserbe»], in Susret kultura, Zbornik radova,Novi Sad, Univerzitet u Novom Sadu, Filozofski fakultet, 2006, p. 591-598.

Ivić, Pavle. Dijalektologija srpskohrvatskog jezika : uvod u štokavsko narečje [Dialectologiedelalangueserbo-croate (Introductionaudialecte štokavien)],Novi Sad, Matica srpska, 1985.

Jovanović, Vlastimir. « Rečnik sela Kamenice kod Niša » [« Dictionnaire du village Kamenica à côté de Niš »], in Srpski dijalektološki zbornik, LI, 2004,p. 313-688.

Klajn, Ivan. « Vrste romanizama u savremenom srpskohrvatskom jeziku i putevi njihovog dolaska » [« Sortesdemotsd’origineromanedanslalangueserbo-croatecontemporaineetles voies de leur venue »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLI/1, 1998,p. 69-89.

Krstić, Nenad. « O francuskim pozajmljenicama u srpskom književnom jeziku » [« Surlesempruntsd’originefrançaisedanslalangueserbelittéraire »],Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLVII/1-2, 2004,p. 93-112.

Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Nouvelle édition du Petit Robert de Paul Robert (Texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey), Paris,DictionnairesLeRobert, 1996.

« LeTrésordelalanguefrançaiseinformatisé », [en ligne], <http://atilf.atilf.fr/>, (page consultée le2 novembre 2013 et le 11 juin 2014).

Marković, Miodrag. « Rečnik narodnog govora u Crnoj Reci » [« Dictionnaire du parler populaire à Crna Reka »], in Srpski dijalektološki zbornik, XXXII, 1986,p. 243-500.

Marković, Miodrag. « Rečnik narodnog govora u Crnoj Reci » [« Dictionnaire du parler populaire à Crna Reka »], KnjigaII,in Srpski dijalektološki zbornik, XXXIX, 1993,p. 149-398.

Mitrović, Brana.Rečnik leskovačkog govora [DictionnaireduparlerdeLeskovac], Leskovac,Biblioteka Narodnog muzeja u Leskovcu, 1984.  

Petrović, Nadežda. « Romanizmi u pirotskom govoru » [« Motsd’origineromanedans le parler de Pirot »],inU svetlu carskih gradova, Zbornik radova,Niš,Filozofski fakultet u Nišu, Studijska grupa za srpski jezik i književnost, Narodni muzej u Nišu, 1994,p. 64-72.

Popović, Mihailo. Reči francuskog porekla u srpskom jeziku [Mots d’origine française en langue serbe], Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 2005.

Rečnik srpskohrvatskog književnog i narodnog jezika [Dictionnairedelalanguelittéraireetpopulaireserbo-croate], Beograd, Srpska akademija nauka i umetnosti, Institut za srpski jezik SANU, 1959-.

Rečnik srpskohrvatskoga književnog jezika I-VI [Dictionnairedelalanguelittéraireserbo-croate I-VI], Novi Sad, Matica srpska, Zagreb,Matica hrvatska, 1967-1976.

Skok, Petar.Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika [Dictionnaire étymologiquedelalanguecroateouserbe], Knjiga prva A–J, Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti, 1971.

Skok, Petar.Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika [Dictionnaire étymologiquedelalanguecroateouserbe], Knjiga druga K–poni1, Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti, 1972.

Skok, Petar.Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika [Dictionnaire étymologiquedelalanguecroateouserbe], Knjiga treća poni2–Ž, Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti, 1973.

Stanković, Stanislav.Granice prizrensko-timočkih govora u vlasotinačkome kraju [LesfrontièresdesparlersdePrizrenetduTimokdanslarégiondeVlasotince],Monografije 5, Beograd, Institut za srpski jezik SANU, 2008.

Stanković, Selena et Miloradović, Sofija. « Srpski kulturni identitet u kontekstu balkanskog jezičkog mozaika » [« Identité culturelle serbe dans le contexte de la mosaïque linguistique balkanique »], inNauka i savremeni univerzitet – Filologija i univerzitet, Tematski zbornik radova,Niš, Filozofski fakultet u Nišu, 2012,p. 952-968.

Stevanović, Mihailo.Savremeni srpskohrvatski jezik : Gramatički sistemi i književnojezička normaI, Uvod, Fonetika, Morfologija [Langue serbocroatecontemporaine : SystèmesgrammaticauxetlanormedelanguelittéraireI, Introduction, Phonétique, Morphologie],Beograd,Naučna knjiga, 1981.

Stojanović, Radosav.Crnotravski rečnik [Dictionnaire de Crna Trava],Srpski dijalektološki zbornik, LVII, 2010.

Vujaklija, Milan. Leksikon stranih reči i izraza [Lexiquedemotsetexpressions étrangers],Beograd, Prosveta, 1980.

Vukić, Maja. « Romanizmi u ‘Rečniku timočkog govora’ Jakše Dinića »[« Motsd’origineromanedans le ‘Dictionnaire du parler de Timok’ de Jakša Dinić »], in U svetlu carskih gradova, Zbornik radova,Niš,Filozofski fakultet u Nišu, Studijska grupa za srpski jezik i književnost, Narodni muzej u Nišu, 1994,p. 73-84.

Zlatanović, Momčilo. Rečnik govora juga Srbije (provincijalizmi, dijalektizmi, varvarizmi i dr.) [Dictionnaire du parler de la Serbie du Sud (régionalismes, dialectalismes, barbarismes etc.)],Vranje, Aurora, 2011.

Živković, Novica.Rečnik pirotskog govora[Dictionnaire du parler de Pirot],Pirot, Muzej Ponišavlja, 1987.

Žugić, Radmila. Rečnik govora jablaničkog kraja [Dictionnaire du parler de la région de Jablanica],Srpski dijalektološki zbornik, LII, 2005.

Notes

1  La rédaction de cet article s’est effectuée en partie dans le cadre du projet La traduction dans le système de la recherche comparée des littératures et cultures serbe et étrangères (No 178019 ; 2011-2016), financé par le Ministère de l’Éducation, de la Science et du Développement technologique de Serbie.

2  Ćupić, Drago. « Tuđice u dijalekatskoj leksici i njihova obrada » [« Mots empruntés dans le lexique dialectal et leur adaptation »], in Leksikografija i leksikologija, Zbornik radova, Novi Sad, Beograd, Matica srpska, Institut za srpskohrvatski jezik, 1984, p. 197, 199.

3  Belić, Aleksandar. Dijalekti istočne i južne Srbije [Dialectes des régions est et sud de la Serbie], Deveti tom, Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 1999, p. 40-43.

4  Voir plus sur ce sujet Stanković, Selena et Miloradović, Sofija. « Srpski kulturni identitet u kontekstu balkanskog jezičkog mozaika » [« Identité culturelle serbe dans le contexte de la mosaïque linguistique balkanique »], in Nauka i savremeni univerzitet – Filologija i univerzitet, Tematski zbornik radova, Niš, Filozofski fakultet u Nišu, 2012, p. 957-960.

5  Voir Belić, Aleksandar. Dijalekti istočne i južne Srbije [Dialectes des régions est et sud de la Serbie], Deveti tom, Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 1999, p. 25-51.

6  Stanković, Stanislav. Granice prizrensko-timočkih govora u vlasotinačkome kraju [LesfrontièresdesparlersdePrizrenetduTimokdanslarégiondeVlasotince], Monografije 5, Beograd, Institut za srpski jezik SANU, 2008, p. 58 ; voir aussi Ivić, Pavle. Dijalektologija srpskohrvatskog jezika : uvod u štokavsko narečje [Dialectologie de la langue serbo-croate (Introduction au dialecte štokavien)], Novi Sad, Matica srpska, 1985, p. 116-118.

7  Mitrović, Brana. Rečnik leskovačkog govora [Dictionnaire du parler de Leskovac], Leskovac, Biblioteka Narodnog muzeja u Leskovcu, 1984. 

8  Marković, Miodrag. « Rečnik narodnog govora u Crnoj Reci » [« Dictionnaire du parler populaire à Crna Reka »], in Srpski dijalektološki zbornik, XXXII, 1986, p. 243-500 ; « Rečnik narodnog govora u Crnoj Reci » Dictionnaire du parler populaire à Crna Reka »], Knjiga II, in Srpski dijalektološki zbornik, XXXIX, 1993, p. 149-398.

9  Živković, Novica. Rečnik pirotskog govora [Dictionnaire du parler de Pirot], Pirot, Muzej Ponišavlja, 1987.

10  Forski, Manić, Dragoslav. Lužnički rečnik [Dictionnaire de Lužnica], Babušnica, Dom kulture, 1997.

11  Jovanović, Vlastimir. « Rečnik sela Kamenice kod Niša » [« Dictionnaire du village Kamenica à côté de Niš »], in Srpski dijalektološki zbornik, LI, 2004, p. 313-688.

12  Žugić, Radmila. Rečnik govora jablaničkog kraja [Dictionnaire du parler de la région de Jablanica], Srpski dijalektološki zbornik, LII, 2005.

13  Dinić, Jakša. Timočki dijalekatski rečnik [Dictionnaire dialectal de Timok], Monografije 4, Beograd, Institut za srpski jezik SANU, 2008

14  Stojanović, Radosav. Crnotravski rečnik [Dictionnaire de Crna Trava],Srpski dijalektološki zbornik, LVII, 2010.

15  Zlatanović, Momčilo. Rečnik govora juga Srbije (provincijalizmi, dijalektizmi, varvarizmi i dr.) [Dictionnaire du parler de la Serbie du Sud (régionalismes, dialectalismes, barbarismes etc.)], Vranje, Aurora, 2011.

16  Skok, Petar. Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika [Dictionnaire étymologique de la langue croate ou serbe], Knjiga prva A–J, Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti, 1971 ; Knjiga druga K–poni1, Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti, 1972 ; Knjiga treća poni2–Ž, Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti, 1973.

17  Rečnik srpskohrvatskog književnog i narodnog jezika [Dictionnaire de la langue littéraire et populaire serbo-croate], Beograd, Srpska akademija nauka i umetnosti, Institut za srpski jezik SANU, 1959-.

18  Rečnik srpskohrvatskoga književnog jezika I-VI [Dictionnaire de la langue littéraire serbo-croate I-VI], Novi Sad, Matica srpska, Zagreb, Matica hrvatska, 1967-1976.

19  Vujaklija, Milan. Leksikon stranih reči i izraza [Lexique de mots et expressions étrangers], Beograd, Prosveta, 1980.

20  Dictionnaire historique de la langue française 1-3, Sous la direction d’Alain Rey, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1998.

21  Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Nouvelle édition du Petit Robert de Paul Robert (Texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey), Paris, Dictionnaires Le Robert, 1996.

22  « Le Trésor de la langue française informatisé », [en ligne], <http://atilf.atilf.fr/>, (page consultée le 2 novembre 2013 et le 11 juin 2014).

23  Popović, Mihailo. Reči francuskog porekla u srpskom jeziku [Mots d’origine française en langue serbe], Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 2005, p. 21, 24-27, 180.

24  Drobnjak, Dragana. « Francuske pozajmljenice u srpskom žargonu » [« Mots empruntés d’origine française dans le jargon serbe »], in Susret kultura, Zbornik radova, Knjiga I, Novi Sad, Univerzitet u Novom Sadu, Filozofski fakultet, 2010, p. 609-614. 

25 Ibid., « L’emprunt des noms de professions du français au serbe », in Academic Days of Timişoara: Language Education Today, Edited by Georgeta Raţă, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2011, p. 59-68.

26 Drobnjak, Dragana et Gudurić, Snežana. « Termes culinaires d’origine française en serbe », in Agapes francophones 2012, Actes du IXe Colloque international d’études francophones, Passeurs de mots, Timişoara, Université de l’Ouest de Timişoara, Chaire de français, Centre d’Études Francophones, Editura Universităţii de Vest, 2012, p. 315-324.

27  Gudurić, Snežana. « Neki romanski elementi u srpskom jeziku » [« Quelques éléments romans dans la langue serbe »], in Susret kultura, Zbornik radova, Novi Sad, Univerzitet u Novom Sadu, Filozofski fakultet, 2006, Gudurić 2006, p. 591-598.

28  Krstić, Nenad. « O francuskim pozajmljenicama u srpskom književnom jeziku » [« Sur les emprunts d’origine française dans la langue serbe littéraire »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLVII/1-2, 2004, p. 93-112.

29  Alanović, Milivoj. « Susret sa zapadnom Evropom : galicizmi u srpskom jeziku » [« Rencontre avec l’Europe occidentale : les gallicismes dans la langue serbe »], in Susret kultura, Zbornik radova, Novi Sad, Univerzitet u Novom Sadu, Filozofski fakultet, 2006, p. 599-608.

30  Klajn, Ivan. « Vrste romanizama u savremenom srpskohrvatskom jeziku i putevi njihovog dolaska » [« Sortes de mots d’origine romane dans la langue serbo-croate contemporaine et les voies de leur venue »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLI/1, 1998, p. 77-85.

31  Petrović, Nadežda. « Romanizmi u pirotskom govoru » [« Mots d’origine romane dans le parler de Pirot »], in U svetlu carskih gradova, Zbornik radova, Niš, Filozofski fakultet u Nišu, Studijska grupa za srpski jezik i književnost, Narodni muzej u Nišu, 1994, p. 64-72.

32  Vukić, Maja. « Romanizmi u ‘Rečniku timočkog govora’ Jakše Dinića » [« Mots d’origine romane dans le ‘Dictionnaire du parler de Timok’ de Jakša Dinić »], in U svetlu carskih gradova, Zbornik radova, Niš, Filozofski fakultet u Nišu, Studijska grupa za srpski jezik i književnost, Narodni muzej u Nišu, 1994, p. 73-84.

33  Bogdanović, Nedeljko. « Vlahoromanski elementi u govorima istočne Srbije » [« Éléments aroumains dans les idiomes de la Serbie est »], in Probleme de filologie slavă, XIV, 2006, p. 19-26.

34  Filipović, Rudolf. « Jezici u kontaktu i jezično posuđivanje »Les langues en contact et l’emprunt linguistique »], Suvremena lingvistika, br. 4, Jezici u kontaktu i lingvističko posuđivanje, Zagreb, Sveučilište u Zagrebu, 1967, p. 53-54.

35  Ibid. Teorija jezika u kontaktu : uvod u lingvistiku jezičnih dodira [La théorie des langues en contact : l’introduction à la linguistique des contacts de langues], Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetosti – Školska knjiga, 1986, p. 127.

36  Popović, Mihailo. Reči francuskog porekla u srpskom jeziku [Mots d’origine française en langue serbe], Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 2005, p. 69.

37  Nous ne citons que les significations portées par les emprunts français dans les parlers serbes de la Serbie du Sud-Est.

38  Selon I. Klajn, le lexème касарна appartient à la classe des germano-gallicismes – les emprunts français qui sont venus en serbo-croate standard par l’intermédiare actif de l’allemand (Klajn, Ivan. « Vrste romanizama u savremenom srpskohrvatskom jeziku i putevi njihovog dolaska » [« Sortes de mots d’origine romane dans la langue serbo-croate contemporaine et les voies de leur venue »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLI/1, 1998, p. 81).

39  Dans les dictionnaires publiés des parlers de la Serbie du Sud-Est, de même que dans cet article, l’entrée de verbe est donnée en forme de 3e ou de 1ère personne du singulier au présent de l’indicatif vu que l’infinitif, en tant que catégorie grammaticale, est disparu dans le système morphologique de ces idiomes ; il est remplacé par la construction da + présent ou, bien par la forme de présent sans da. En effet, il s’agit de l’une des caractéristiques balkaniques les plus typiques des dialectes de la zone de Prizren et du Timok (voir plus dans Ivić, Pavle. Dijalektologija srpskohrvatskog jezika : uvod u štokavsko narečje [Dialectologiedelalangueserbo-croate(Introductionaudialecteštokavien)], Novi Sad, Matica srpska, 1985, p. 110, 112-113 ; voir aussi Stanković, Selena et Miloradović, Sofija. « Srpski kulturni identitet u kontekstu balkanskog jezičkog mozaika » [« Identité culturelle serbe dans le contexte de la mosaïque linguistique balkanique »], in Nauka i savremeni univerzitet – Filologija i univerzitet, Tematski zbornik radova, Niš, Filozofski fakultet u Nišu, 2012, p. 958-959).

40  En serbo-croate standard, l’emprunt инжињер / инжењер représente un germano-gallicisme, souligne I. Klajn (Klajn, Ivan. « Vrste romanizama u savremenom srpskohrvatskom jeziku i putevi njihovog dolaska » [« Sortes de mots d’origine romane dans la langue serbo-croate contemporaine et les voies de leur venue »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLI/1, 1998, p. 81).

41  Dans le serbe standard, le terme вагон fait partie des anglo-gallicismes – les emprunts anglais en français, d’où ils sont arrivés en serbo-croate (Klajn, Ivan. « Vrste romanizama u savremenom srpskohrvatskom jeziku i putevi njihovog dolaska » [« Sortes de mots d’origine romane dans la langue serbo-croate contemporaine et les voies de leur venue »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLI/1, 1998, p. 83).

42  D’après I. Klajn (Klajn, Ivan. « Vrste romanizama u savremenom srpskohrvatskom jeziku i putevi njihovog dolaska » [« Sortes de mots d’origine romane dans la langue serbo-croate contemporaine et les voies de leur venue »], Zbornik Matice srpske za filologiju i lingvistiku, XLI/1, 1998, p. 85), en serbo-croate standard, le mot emprunté карамел est un gallicisme d’origine espagnole.

43  M. Popović nomme le premier processus de formation des mots comme l’adaptation primaire, le deuxième comme l’adaptation secondaire (Popović, Mihailo. Reči francuskog porekla u srpskom jeziku [Mots d’origine française en langue serbe], Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva, 2005, p. 67). Pour R. Filipović, tous les deux processus représentent l’adaptation secondaire, alors que l’adaptation primaire sous-entend l’emprunt direct à une langue (Filipović, Rudolf. Teorija jezika u kontaktu : uvod u lingvistiku jezičnih dodira [La théorie des langues en contact : l’introduction à la linguistique des contacts de langues], Zagreb, Jugoslavenska akademija znanosti i umjetosti – Školska knjiga, 1986, p. 127-152).

44  Sur la dérivation des mots par ajout des suffixes en serbe (standard) voir Stevanović, Mihailo. Savremeni srpskohrvatski jezik : Gramatički sistemi i književnojezička norma I, Uvod, Fonetika, Morfologija [Langue serbocroate contemporaine : Systèmes grammaticaux et la norme de langue littéraire I, Introduction, Phonétique, Morphologie], Beograd, Naučna knjiga, 1981, p. 452-571 ;

Pour citer cet article

Selena Stanković (2015). "La langue française dans les parlers de la Serbie du Sud-Est : les emprunts et leurs dérivés". Revue du Centre Européen d'Etudes Slaves - Imaginaire linguistique franco-slave | Numéro 4 | La revue.

[En ligne] Publié en ligne le 06 février 2015.

URL : http://etudesslaves.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1008

Consulté le 28/03/2017.

A propos des auteurs

Selena Stanković

Selena Stanković est titulaire d’un doctorat d’État en linguistique de l’Université de Novi Sad (Serbie). Elle travaille à la Faculté de Philosophie de l’Université de Niš. Maître de conférences, elle enseigne la morphosyntaxe et la phonétique et phonologie de la langue française. Ses principales lignes de recherche sont la morphosyntaxe, la syntaxe et la sémantique du français, ainsi que la morphosyntaxe du serbe. Elle s’intéresse surtout aux études qui portent sur l’analyse contrastive de ces deux langues. Elle a publié presque trente articles abordant ces aspects linguistiques dans des revues scientifiques en Serbie et à l’étranger et elle a participé à plusieurs colloques nationaux et internationaux. Elle collabore aux projets scientifiques et elle est membre de « l’Association de Linguistique Appliquée de Serbie ».

Articles du même auteur :

Numéro 4 - La France dans l'imaginaire slave

Le quatrième numéro de la Revue du Centre Européen d’Études Slaves contient les contributions issues de la journée d’études organisée les 27 et 28 juin 2014 à l’Université de Poitiers. Soutenue par l’AUF, UFR Lettres et Langues et le laboratoire MIMMOC EA 3812, elle fut consacrée à l'étude de l'image que la langue et la culture françaises reflètent sur l'imaginaire culturel slave. Cette manifestation scientifique fut inaugurée par S. E. Madame Nina Sajic l'Ambassadrice de Bosnie-Herzégovine.



Contacts

Revue du Centre Européen d'Etudes Slaves

Université de Poitiers
Maison des Sciences de l'Homme et de la Société
Bâtiment A5
5, rue Théodore Lefebvre
86000 Poitiers - France
susan.finding@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique : 2274-7397

Dernière mise à jour : 16 mars 2017

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)